FFXIV Compagnie Libre Roleplay - serveur Ragnarok
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Rouge et le Blanc

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 13:20

Chant:
 


Reflet solitaire



"Je t'ai donné ce que j'avais pour toi, continue seule à présent."

Ses derniers mots, sa dernière imagine, avant qu'il ne disparaisse vers l'inconnu. Il n'avait emmené avec lui que ceux qui lui étaient proche. Cela signifiait qu'elle avait donc si peu compté pour lui. Ou peut-être qu'il lui disait adieu car il savait son attachement à Ravenswood, à Oscar, à cette indépendance qu'il lui avait appris à prendre. Il l'avait trop bien formée. Ces souvenirs d'une vie si trépidante, si peu ordinaire et dont elle était si fière. Elle avait été si heureuse d'être "la meilleure", "la plus réussie", elle avait vécu sur ce piédestal. Gâtée, pourrie, convaincue par un idéal qu'il lui avait gravé en lettres d'or dans son esprit et sa chair. 
Alors pourquoi se retrouvait-elle sur ce pont, à regarder la pluie tomber sur la mer et troubler l'eau qui ne renvoyait plus aucun reflet ? Et pourquoi fredonnait-elle ces mots qui sortaient de sa bouche avec amertume ?





L'enfant se hissa sur la chaise pour prendre son petit déjeuner. Alors qu'on la servait, l'homme baissa son dossier pour lui sourire avec une bienveillance paternelle.
"Qui es-tu aujourd'hui ?
- Je m'appelle...!"





Pourquoi ce souvenir revenait-il la hanter maintenant ? Toutes ces années elle avait appris à être tout en ne restant personne. Privée de nom, privée d'une identité propre, n'être personne pour pouvoir tout être à la demande. La hyuroise se sentait comme vidée. Elle aurait voulu dire que c'était un poids de moins, qu'elle était libre à présent ; en un sens c'était tellement vrai... plus rien ne la liait à cet homme si complexe, si controversé, ou à ses manigances et pourtant.... la liberté faisait si mal.
Un papillon passe devant ses yeux. Raven releva les yeux et contempla sur l'eau trouble le reflet d'une femme qui lui ressemblait tant, et pourtant pas du tout, alors que tant de femmes avaient eu le même visage et la même voix qu'elle sans lui ressembler comme Emna le pouvait et comme elle pouvait ressembler à Emna si elle le désirait. Le reflet lui souriait. Un autre reflet apparut, celui d'une femme en rouge et blanc, aux cheveux noir, portant sur son épaule la marque des scorpions ; le reflet d'une miqo'te juste à côté, puis celui d'un elezen au regard froid. Peu à peu, toute la surface trouble de l'eau sous ses pieds n'étaient plus que visages jusqu'à occuper une surface aussi large que la moitié du ponton. Raven sourit un peu.

"Il manque un visage.
- Je suis plus beau en vrai."

L'homme en blanc se tenait dans son dos, appuyé contre le pilier, une rose rouge à la main. Quand elle se tourna vers lui, il fit disparaitre la fleur pour venir enlacer la seule rose rouge ayant quelconque valeur à ses yeux. La pluie battante sur la mer finit d’effacer le reflet de cette illusion qu'il avait créé.
"Pleure."
Sur ces simples mots, comme un déclic, Raven s’effondra dans les bras de son amant. Toute l'amertume, la colère, coulait sur ses joues avec ses larmes. Il ne l'avait pas abandonnée, il ne l'avait pas utilisée, il l'avait rendue forte et avait tenu cette bride sur elle comme un garde-fou jusqu'à ce qu'il l'estime prête. Elle le savait, elle l'avait toujours su.


Elle portait son héritage, cette folie, cet objectif incertain et ce vain espoir... un espoir de fou. Il avait quitté ce monde en y laissant son empreinte.
"C'est mon tour maintenant."

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 13:25

Musique:
 


Effacer l'imperfection




Elle l'aura cherché pendant des heures, il n'était pourtant pas loin. La pluie battante tombait sur Brumée quand elle le trouva assis sous un arbre à regarder le ciel. Il semblait perdu dans ses songes, mais elle le savait surtout perdu dans ses propres illusions. Dans son était, il suffisait d'une averse pour qu'il succombe... que voyait-il ? Dans quelle image s'était-il enfermé ? Son passé, ses rêves brisés, leur fils perdu... arraché par le Néant ?
Elle vint s'agenouiller près de lui, et posa sa main trempée sur sa joue. Il ne la voyait pas, mais l'entendrai-il sans doute. Elle fredonna doucement cette chanson qu'il était le seul à entendre.


" The sadness born today
Soars high into the sky
The sky opens its eyes and calls the wind
Making my heart tremble

I want to protect you, I want to feel our destiny
The tear you shed, the hollow in your heart
I want to fill it with happiness

It’s a tender rain
May this song reach your side
No matter how far we are apart
Please believe in those words I gave you
Singing in the rain
The raindrop are shinning beautifully
The moment when all the sadness is washed away
The world will come alive
Please come the tender rain...."

Quelques passants tournèrent le regard vers cette douce voix qui chantait près d'un arbre, sans que ce soit trop fort. Raven serrait doucement la main droite désormais imparfaite de son parfait papillon. Elle savait, elle sentait cette culpabilité qui le rongeait d'avoir ainsi entaché l’œuvre de Preder, sa mémoire avec lui. La perfection n'était pourtant pas qu'une affaire de "pièces manquante", combien d’œuvres avaient atteint la beauté car elles demeuraient à jamais incomplètes ?
Mais ses mots avaient été durs, trop durs.

"Nous avons tous les deux déjà perdus une part de nous il y a plusieurs lunes."

Était-ce à cela qu'il pensait en cet instant ? Pensait-il à lui ? Elle serrait sa main dans la sienne, et continuait de chanter, se rapprochant doucement de lui. Elle n'avait cure de l'eau, et même de l'orage qui grondait au dessus d'eux. Le manoir était à quelques pas, mais peu importe. S'il fallait passer la nuit dehors, cette pelouse boueuse ferait l'affaire.
C'est en posant son front contre le sien, qu'elle sentit l'autre main sur son dos. Il ne disait rien, il ne dirait rien. Il avait juste... besoin de temps.

Et peut être que Nyme pourrait trouver le moyen de lui rendre l'usage de cet index insensible. Elle était douée, et pleine de ressources.

Sa voix s'éteignit doucement. La pluie continuait de tomber, mais elle ne voyait plus qu'un champ de roses autour d'eux. Elle se blottit contre lui, les yeux rivés sur la petite silhouette enfantine à la peau brune et aux cheveux blanc qui courrait vers eux en souriant tandis qu'au loin, une belle femme au regard doux leur faisait signe sans qu'elle puisse discerner son visage. Elle savait pourtant de qui il s'agissait.
Pourvu que la pluie ne s'arrête pas... pas tout de suite.


Et subitement, elle entendit une voix... ou alors n'était-ce là aussi qu'une illusion. Une voix souriante qui disait "j'aurais pas eu le temps de te dire aurevoir cette fois. Désolée petite sœur". Puis elle s'évanouit dans les airs. Alors qu'elle demeurait immobile, contemplant l'illusion, il lui sembla voir une troisième personne apparaître aux côtés de la défunte Kaerell et de son fils perdu.
"On se reverra de l'autre côté, pas vrai ?
- ... Emna ?"

Le quartz rouge dans sa poche se fissura soudainement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 13:27

Musique:
 


Demain peut commencer



Uldah, cité du faste, cité d'or, cité des vices et du crime organisé, Uldah cité des possibles, cité de son adolescence, cité de ses souvenirs. Raven marchait seule sur le pavé propre des rues commerçantes, sachant qu'à deux pas les réfugiés pauvres et exploités s'agitaient, les quelques étincelles d'espoir à l'Est ayant embrasé les quartiers pauvres. Oscar partit vers l'Orient, et plutôt que de passer la nuit seule dans leur chambre, privée de ses bras, elle avait préféré venir ici. Elle regardait ces escaliers, ces murs, ces toits sur lesquels elle avait appris à courir, ces fontaines sur lesquelles elle avait appris à danser. Danser... elle ne danserait jamais comme Emna. Mêmes ces miqo'tes qui se déhanchent sur les tapis près de la Guilde des Aventuriers... tout autour d'elle ramenait ces images dans son esprit.
La vie est injuste, le monde est injuste. "Le monde n'est pas beau, donc il l'est" disait Ravast. Tout n'est qu’au revoir et bonjour, tout n'est que rencontres et pertes.

Marchant dans la cité, elle laissait son regard vagabonder sur le monde autour d'elle. Des jours qui se ressemblent, une vie qui se construit, chacune ayant autant de valeur qu'une autre. Ces vies qu'elle avait toujours trouvé ennuyeuses à mourir, elle qui n'avait ni nom, ni passé. Elle n'avait que ses souvenirs et les noms qu'elle s'inventait chaque jour. Le deuil, les larmes, tout cela elle s'en était toujours pensée éloignée. Alors pourquoi envier soudainement ces jeunes gens assis sur les marches en train de rire d'histoires ennuyeuses à pleurer ? Raven secoua la tête, poursuivant son chemin.
"Tu es tordue ma pauvre."
Alors pourquoi ses pas l'avaient-ils guidé à la Coupe devant l'adresse laissée par Valemont et Sakopi si ce n'est l'envie d'aller frapper à la porte, dire bonjour, boire un verre et repartir comme une personne normale ? Elle contempla la maisonnette et sourit de voir leur projet concrétisé. Fermant les yeux, elle tourna les talons. Pas ce soir, elle irait les voir quand ça irait mieux, quand même, elle n'allait pas se présenter devant Beretha et Valemont avec un tel sourire de vendeur de cercueil. Elle s'en retourna vers la cité.

Le vent se leva sur le désert, elle inspira longuement. La nuit était bien avancée, la route silencieuse. Depuis combien de temps n'avait-elle pas pris le temps de se poser ici ? Cette fichue hiérarchie, ces fichus petits détails à répéter constamment jusqu'à ne plus s'entendre penser, oh dieux quelle bénédiction cela pouvait être de se sentir... déchargée d'un poids. Comme pour répondre à ses pensées, sa linkperle sonna un instant.
"Raven, j'ai terminé le rapport sur la caravane..."
Un sourire illumina son visage alors qu'elle regardait le ciel, écoutant Calypse lui faire son rapide compte rendu. Puis elle porta sa main à son oreille pour lui répondre tout en posant ses fesses sur un rocher en bord de route.
"Excellent travail, je vois tout cela en rentrant. Tout se passe bien au Manoir ?
- Oui tout va pour le mieux. Hakanai a l'air de vouloir s'occuper de l'accueil de la compagnie du Kakita, ils sont installés tout va pour le mieux. Tu as besoin de quelque chose ?
- Non, non je te remercie Calypse. Je suis parfaitement bien pour le moment.
- ... Où es-tu ?
- En balade."

Elle l'entendit rire avant de couper la communication. Raven s'étira, le regard rivé sur les étoiles. Elle s'appuya sur ses deux mains, penchée en arrière.

"Je ne te pleurerai pas toute ma vie, mais je pense à toi tu sais. Je vais pas te mentir, j'ai eu envie de pleurer... tu me manques. Mais c'est égoïste de dire ça pas vrai ? Si ça se trouves, c'est vachement mieux là où tu es. J'aurais voulu que tu sois là à mon mariage quand même... Tu sais que Oscar voudrait qu'on fonde une famille à Hingashi ? Il ne veut plus vivre en Eorzéa. Le truc chiant c'est qu'il doit faire le voyage jusque là-bas alors pendant deux mois on va pas se voir... Du coup pour m'occuper je..."

La nuit continuait d'avancer, elle avait tout son temps pour raconter sa vie bêtement. Demain arriverait bien assez vite et avait un gout de liberté. Quand le ciel commença à se teindre de mauve à l'horizon, elle était encore son son rocher les yeux fatigués mais le sourire serein aux lèvres. Si larmes il y avait eu, il n'y avait eu personne pour les voir couler.
"Demain peut commencer maintenant."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 13:31

Chant:
 


Le message



Assise sur le bord de la falaise, elle fixait l'horizon en souriant. Nihil volait au dessus d'elle, ses yeux bleu descendaient parfois sur elle qui ne bougeait pas. Elle ne réagissait ni à ses cris, ni aux meuniers qui allaient et venaient en ce début de matinée. Le vent marin la gardait éveillée après cette nuit sur la plage avec Ishaya, Nariyasu, Manato et autant d'autres personnes qu'elle ne connaissait pas. Rien qu'entendre Nariyasu chanter une chanson corsaire valait le coup de rester éveillé, juste ça.
Et pourtant elle avait l'esprit ailleurs, bien plus loin que la ligne au dessus de laquelle se levait le soleil.

"Je me demande où ils sont."

Deux lunes déjà, deux lunes sans Oscar, sans ses compagnons. Inquiète ? non, pas jusque là... mais un peu quand même. Nihil vint se poser sur ses genoux, et la fixait. Le sceau irisé de bleu sur la tête du volatile s’effaçait peu à peu sous les premiers rayons du soleil. Machinalement la main de Raven vint caresser ses plumes et il se coucha, fermant les yeux.
Tant de choses s'étaient passé. Le Clan de la Grue encore debout malgré le carnage déjà ça, ça tenait du miracle, mais l'existence de Scorpions encore vivant, au-delà de ses espérances. Oscar risquait fort de devoir en apprendre bien plus sur les Haiiro et les Bayushi qu'il ne le pensait. Et puis il y avait ce shinobi qui l'avait abordée, la Rose des Sables, la Rose des Vents, le Clairobscur avec qui elle travaillait...

"Je suis folle, pas vrai ?"
Nihil ne bougeait pas d'une plume. Par contre sa linkperle vibra dans son oreille.
" Qu'y a t-il ?
- Raven ? On a reçu le ravitaillement pour le salon. Mais Hakanai voudrait..."

Gestion, organisation, tout était tellement plus simple avec Ji. Dans un soupir d'aise, elle se laissa retomber sur le dos, bras derrière la tête. Un deuxième corbeau passa dans le ciel, un corbeau blanc albinos. Discret, silencieux, il était toujours là pourtant à attendre d'être présenté à son maître. Deux lunes à le dresser, il était prêt. Elle n'avait plus qu'à attendre, attendre encore...

"Tu me manques, vilain papillon..."

Elle ferma les yeux et commença à chanter, assez bas au vu de sa posture allongée, le souffle assez faible. Elle se tourna sur le côté, voyant les herbes hautes danser dans le vent face au soleil d'été qui réchauffait son visage. Elle sentait ses paupières s'alourdir petit à petit. Elle poursuivit son chant, ses pensées déjà bien loin dans les bras de son amant.
Quel mal y avait-il à dormir un peu ?

"RAVEN ! RAVEN !"
C'était la voix de Hakani, trop forte pour être dans sa linkperle, trop lointaine pour qu'elle ai envie de se réveiller.
" RAVEN ! RAVEN ! RAVEEEEN !"
Elle grogna et se redressa mollement, subitement prise d'une envie de lui couper les cornes et d'en faire un bouillon pour le dîner. Elle se leva, s'étira et se tourna lentement vers le raen qui arrivait vers elle en courant.
"J'espère qu'il y a au moins un mort ou presque...
- Raven, un... un messager ! ... Kugane... navire... le... les autres..."
Il avait décidément du mal à reprendre son souffle. Mais cela suffisait pour Raven, elle avait entendu les mots essentiels, et s'élança au pas de courses vers Brumée.


"Ils sont arrivés."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 13:35

Musique:
 

Ce n'est plus toi




Elle avait passé la nuit sur ce rocher, scrutant le volcan en repensant à ces mots. Un monde de flammes, tout brûlerait de sa main pour être reconstruit. Était-ce là son souhait ? non, jamais. C'est un pacifiste, un sensible, quelqu'un de bon, bien plus qu'elle ne le sera jamais. Oscar est tout ce qu'elle n'est pas, bienveillant et délicat, jamais il n'irait mettre fin à des vies par égoïsme... jamais il n'a laissé l'autre prendre le dessus, jamais il n'avait cédé face au doute, jamais, jamais, jamais...
Alors quoi ?

Le soleil se lève... et tu n'es pas là.

Ses genoux remontés contre sa poitrine, elle fixait sans les regarder, les feuilles danser dans le vent marin. Quand est-elle devenue si faible, si fragile, si aisément abattue ? Son orgueil démesuré avait été réduit en poussière, sa certitude d'être au-dessus des problèmes sentimentaux des autres, d'être hors d'atteinte, tout s’effondrait. Elle avait toujours su ce qu'elle voulait, obtenu ce que son cœur désirait, et elle n'avait jamais désiré que lui.
Alors pourquoi ?

Comment cela a pu arriver, nous avions le monde comme empire et le ciel comme couronne...

Elle ferma les yeux, solitaire dans sa douleur, une douleur dont elle ignorait tout avant ce matin. Capricieuse, gâtée, égoïste, elle ne pouvait accepter que son bien le plus précieux, son trésor, son soleil, se soit laissé envahir par le doute, corrompre par ce qu'ils combattaient ensemble. Il avait toujours été fort mentalement, obstiné dans leur lutte comme il s'était obstiné à la séduire jusqu'à gagner son cœur en offrant le sien en retour.
Alors comment ?

Que t'est-il arrivé mon amour ? 

Le ciel était clair, une clarté presque blanche dans ce pâle matin d'été. Ce genre de tableau qu'il avait toujours aimé, toujours trouvé beau. Il aime le beau, il voit la beauté dans tout ce qui l'entoure. Celui qui l'a remplacé se moque de ce paysage comme il se moque de leurs sentiments. Il est pourtant près à tout détruire pour les sauver, elle et ceux à qui Oscar tient le plus. La compagnie, leur famille, tout le monde... Oscar ne les abandonnerait jamais.
Alors qui ?

Ce n'est plus toi...

Raven se leva, essuyant les larmes qui ne voulaient pas couler. Qui que soit l'autre, il avait pris une place qui n'était pas la sienne. Elle devrait l'affronter pour retrouver Oscar. Mais elle ne pourrait pas l'affronter seule. Une nouvelle quête commençait.

Ce n'est pas mon destin de vaincre Kaerell. Je trouverai celui ou ceux qui en sont capable. Je te ramènerai mon amour...

Dans ce monde ou dans un autre, pour toujours et à jamais. Qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 13:38

Chant:
 


Je t'appelle sans relâche...



Là, sur cet ilot perdu dans l'immense archipel de la Mer de Rubis, elle chantait une fois de plus. Cette chanson qu'elle avait écrite, dans sa douleur et sa solitude, et dans laquelle elle avait trouvé la force de l’appeler encore et encore. Vêtue de ce blanc qu'il aimait tant, les yeux levés vers la Lune qui avait si longtemps gardé le secret de leur amour, elle chantait encore, et encore, inlassablement ; chantant pour lui, priant les dieux qu'il l'entende et qu'il s'éveille à nouveau.
Ici, il n'y avait qu'elle, et ses émotions qu'elle avait mit tant de temps à laisser s'envoler avec sa voix. Les vagues s'écrasaient en contrebas sur les rochers, marquant le rythme de ses appels mélodieux.

Réponds-moi, réveille-toi, reviens-moi... tu m'entends n'est-ce pas ?

Se pouvait-il seulement qu'il l'entende, endormi dans son propre corps, en proie à ses doutes. Se pouvait-il seulement que la symbiose porte jusqu'à son esprit tourmenté, sachant que l'autre ne lui laisserait certainement pas reprendre le dessus aussi facilement.
Pourtant, elle chantait.

Il y a tant de personnes qui te cherchent, tant de personnes qui veulent t'aider, qui veulent te revoir. Ce monde n'est pas beau, mais il y a de la beauté en lui. Entends-le, ressens-le... Réveilles-toi Oscar.

Elle ne perdait pas espoir. Calypse, Valemont, ils allaient retrouver Oscar, et Sahar remontait la piste de Preder pour mieux comprendre ses origines, ses créations. Elle en avait livré le point faible à Solid, le Clairobscur était prêt à les aider pour combattre Kaerell. Le chemin serait encore long, mais elle se montrait forte. Elle se savait inutile, voir-même désavantagée face à lui qui la connaissait si bien, elle devait tout miser sur les autres, ces autres en qui elle avait confiance. Ils le sauveraient, elle le savait. En attendant, elle pouvait toujours tenter des les aider, tenter d'être entendue.
Il l'aimait, Kaerell ne pourrait rien faire contre cela. Personne ne pouvait défaire ce lien, pas même eux et c'est dire s'ils avaient pourtant essayé. S'il ne pouvait suffire à le ramener, il pouvait encore entraver l'autre, lui rappeler qui elle est.

Je suis là, et il faudra compter avec moi désormais, quelque soient tes plans je les ralentirais jusqu'à ce que nos amis parviennent à t'arrêter.

Son chant se répétait inlassablement, sans faillir, jusqu'à ce qu'elle n'ai plus de voix pour ne serait ce que le murmurer, que ses yeux se ferment tout seuls, et que son statut d'être humain et mortel lui fassent succomber à la fatigue.
Sans regarder derrière elle, sur un rocher bien plus loin, une silhouette qui fixait, debout, ce point blanc dont la voix avait porté aux oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 13:41

Musique:
 


Vivre, une idée qu'elle est bien...!



Ils demeuraient allongés l'un à côté de l'autre, à se regarder, se contempler depuis des heures. Elle avait sa main dans la sienne et la serrait tendrement. Combien déjà ? Deux, trois lunes... trois lunes et demi peut-être, bientôt quatre, qu'ils n'avaient plus passé une nuit ensemble. Raven souriait, heureuse qu'ils soient enfin réunis tous les deux... tous les trois.
"...Il va falloir une chambre plus grande.
- Tu sais qu'il pourrait avoir une chambre à lui...
- Hors de question, je veux pouvoir le couver jour et nuit jusqu'à ce que je m'en lasse !
- Tu ne t'en lasseras pas...
- C'est vrai !"

Oscar roula sur le côté pour l'embrasser, une main sur son ventre qui commençait tout juste à s'arrondir. Son regard se posa quelques secondes sur les cicatrices laissées par la bataille sur sa hanche. Il fronça un peu le nez tel l'artiste outré de voir son œuvre abîmée par des "petits" vandales.
"Elle était pourtant si belle cette partie de toi... " Il l'entendit glousser, après tout il disait cela pour presque tout ce qui la concernait. Posant sa main sur la sienne à nouveau, son regard cherchait le sien. Il la serra contre lui, ils n'avaient pas éprouvé un tel soulagement depuis son retour à elle et elle comprenait à présent ce qu'il avait ressenti une fois les rôles inversés. Ils avaient une fois de plus déjoué la Mort, et ce n'était pas passé loin.
"On pourrait faire une pause d'aventures, quelques temps... quelques mois."
Elle leva les yeux vers lui, pas surprise mais un peu déconcertée. A 21ans elle ne se voyait pas raccrocher, pas encore. Elle s'était toujours vue mourir un jour au combat mais depuis Oscar, depuis tout ça... elle avait revu ses priorités. Elle continuait de l'écouter.
"Je veux qu'on vieillisse ensemble, Raven. Je veux qu'on vive ensemble, qu'on élève nos enfants et je veux qu'on soit là tous les deux pour les voir grandir."
Oscar n'avait toujours aspiré qu'à cela, mener une vie normale. Les compromis étaient une chose mais le voulait-elle vraiment ? Elle voulait Oscar, ça oui, elle voulait cet enfant et aujourd'hui elle se posait énormément de questions sur l'avenir. Il y avait des choix à faire mais une seule pensée occupait son esprit lorsqu'elle songea à sa réponse : "... J'en ai assez... de repousser sans cesse notre mariage."
Elle sourit, il l'embrassa une fois encore. C'était toujours un début de réponse, faute de décider encore si elle voulait raccrocher à 21ans ou simplement faire une pause, ou peut-être trouver un nouveau compromis auquel ils n'avaient pas pensé.
Démissionner était hors de question, renoncer à ses conviction d'autant plus, mais vivre... c'est une idée plutôt pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 13:43

Musique:
 


Une réponse inattendue.



Tout était supposé se calmer. La victoire, le repos, l'Institut, le bébé, le mariage... elle avait prévu de prendre quelques vacances tout en taquinant Calypse et sa "retraite paternelle". C'était sans compter sur cette lettre posthume venue d'Orient, à croire que jusque dans la mort Tsukasa avait tenu parole. Il avait véritablement pris le temps de chercher des réponses pour elle dans les montagnes yanxiennes... comprendre ce qui s'était passé, et pourquoi du ventre d'une courtisane à Doma elle s'était retrouvée pupille de Raw Ravast en Eorzéa.
Cette demande, cette dette qu'il avait envers elle avant de mourir, sa promesse, elle les avait pour ainsi dire oublié... jusqu'à ce que l'oiseau vienne à elle avec ce message, ce long message dont elle n'avait finalement retenu que ces trois mots : "ils te cherchent".

Raven poussa un long soupir. Elle fixait son verre de thé à la menthe, froid à présent, sans pouvoir se sortir de la tête ces étranges révélations ni cet étrange garçon aux yeux rouges venu tenter de la tuer avant de plier le genou devant elle.
Veulent-ils que je meure ? veulent-ils me tester ?
Elle bascula la tête en arrière et fixa le plafond. Les ombres dansaient sous la lumière des chandeliers, on n'entendait que le bruit des vagues à l'extérieur qui venaient frapper contre les rochers. Octavia et Saphyre étaient sorties pour enquêter sur ce qui est arrivé à Hiei, les autres occupants du dortoir étaient bien trop éprouvés par l'état de leur camarade pour s'agiter. Il n'y avait plus que Yukina dans les parties communes qui travaillait sur les dossiers médicaux afin de s'occuper d'esprit. Elle entendait la plume gratter sur le papier même de loin au vu du silence qui régnait ce soir. C'était agaçant ; ce n'était pourtant pas la faute de Yukina et elle le savait. Dans ces moments là tout l'agaçait, tout ce qui l'empêchait de réfléchir en perturbant le fil de ses pensées.
Elle se leva et versa le contenu de son verre dans le pot de fleurs près de la cheminée. Elle le posa sur la table à nouveau, laissant à L'kihi le soin de nettoyer et se dirigea vers le balcon. Au pied des escaliers, elle s'arrêta devant la porte. Elle se remémora l'entrée du garçon, leur conversation, et la trace du kunai qui marquait encore le mur... il était pourtant joli ce papier peint.

Dire que j'avais peu d'espoir sur le fait de trouver des réponses, je n'imaginais pas un seul instant que certains aient survécu excepté les membres du réseau, et tous sont nés après le massacre excepté Mei. Il semble que je n'en ai pas encore fini avec Doma au final... mais cette fois, c'est personnel.

Elle revoyait le visage du garçon, ses yeux rouge, ses cheveux noir, son assurance et pourtant le fait même qu'il ai traversé la mer pour la trouver démontrait qu'il n'avait pas d'autre choix, et probablement que celui ou ceux qui l'avaient envoyé partageaient le même sentiment. Cette pensée la fit sourire.
Avantage, Preder.
Dans le jardin, une fois arrivée sur le balcon, elle posa son regard sur la mer et la silhouette blanche qui remontait lentement la plage jusqu'au manoir. Sourire vite effacé par le sifflement d'un kunai près de son oreille droite, venu du jardin. Elle fronça les sourcils et baissa les yeux sur le coupable, toujours le même. Ce fichu gosse n'avait donc rien de mieux à faire ? Et il restait là, à la fixer, comme si ce qu'il venait de faire était une évidence.
...
Soit, s'il le prenait ainsi. Demain matin elle irait faire un peu d'exercice...   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 13:51

Musique:
 


Le Grand Soir



"Elle est magnifique...!"
Même absent, Keldan avait tout prévu pour ce grand jour. Il avait toujours eu foi en elle, et à présent elle s'émerveillait devant cette création tout droit sortie de son atelier, accompagnée d'un mot qu'il avait laissé à son attention avant de partir en voyage on ne sait où : "Tu brilleras encore plus."
Raven sourit et sous le regard satisfait d'Oscar se déshabilla dans le salon pour essayer cette nouvelle robe de scène accompagnée d'une plume, digne d'une diva. Ne restait qu'à y ajouter une paire de boucles d'oreilles, rouge cela va de soit, et sa bague. Elle noua le corset avant de tourner sur elle-même pour faire voler son jupon.
"Alors, qu'en penses-tu ?
- Épouses-moi."

Il ne dit rien de plus, sourire aux lèvres, cela résumait tout. Raven s'arrêta devant le miroir et sourit largement, c'est à peine si elle se reconnaissait et en même temps elle n'avait jamais été aussi elle-même.
"Tu devrais te dépêcher.
- Oui, mais j'ai quelque chose à faire avant."

Prenant garde à ne pas froisser le jupon, elle s'installa face au bureau sur les coussins rouge et blanc, et saisit la plume dans l'encrier. Le papier était déjà là, il n'attendait que ce moment depuis des jours. 


Raven a écrit:

Chère Rin,

Pardonne ma réponse tardive, je ne voulais pas t'écrire avant les résultats de l'audition. Je l'ai passée, et je suis maintenant chanteuse à l'Akaibara. Ce soir, ce sera ma première pour l'inauguration et mon seul regret est de ne pas avoir pu me mesurer à toi sur scène. Mais je comprends ton besoin de retrait, et le temps qui t'es nécessaire ; pour avoir manqué de perdre Oscar il y a quelques semaines je peux à peine imaginer la résonance de ce que tu as dû vivre sur ta voix, et ton esprit. Cependant, sans l'avoir connu, je suis certaine que ton mari n'aurait pas aimé que tu cesse de chanter et j'espère que tu reviendras vite enchanter les foules.
J'ai suivi tes conseils et tout ce que tu m'as appris, il y aura toujours un peu de toi dans mes futures compositions et cela me console un peu.

En ce moment, et depuis que j'ai laissé la direction de l'Institut pour me consacrer à mon mariage et ma carrière, les demandes se multiplient. Je chanterai bientôt à l'Arche de Miyabei pour une soirée de charité, sur la toute fin de la Veillée des Saints. Je ne sais pas si en as l'envie ou le moral pour, mais peut-être que ça te ferait plaisir qu'on chante à nouveau ensemble pour les orphelins ? Juste pour s'amuser, et faire une bonne action, si ça te dit un petit duo horrifique qui ne durera pas plus d'une heure. Je comprendrai que tu refuses, mais je préfère demander que regretter ensuite.
Il parait que tu vis à Shirogane maintenant ? Je m'y suis installée aussi, pour me rapprocher de ma famille. J'espère qu'on se verra plus souvent !

Garde foi en l'avenir Rin, j'espère de tout cœur que tout un tas de choses bien t'arrivent encore. A très bientôt !
Avec toute mon amitié,

Raven


Raven plia le parchemin avec soin avant de le glisser dans l'enveloppe. Oscar vint s'en saisir quand elle se releva.
"Ne te mets pas en retard, je vais aller la donner moi-même au coursier.
- Tu ne peux vraiment pas venir ?
- Tu sais bien que je ne suis jamais loin."

Un papillon rouge se posa sur sa robe, se fondant sur le tissus près de son cœur ; elle sourit. Oscar enserra sa taille d'un bras et posa ses lèvres sur les siennes tout en lui subtilisant la précieuse missive pour la remplacer par son nouveau tessen orné de dorures en velours. Il avait retrouvé toute sa dextérité. 
Le moment était venu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 13:53

Musique:
 


Tu as ça dans le sang



"Tu répètes encore ?"
Il venait de passer la porte. Raven s'interrompit dans ses vocalises et repoussa doucement le livre à la couverture blanche un peu plus sous les coussins du canapé avant de s'y vautrer, sa jambe toujours bandée jusqu'à la cuisse. En la voyant, Oscar afficha une moue déconfite, presque dévastée.
"Quel gâchis bon sang, qu'est ce que tu as encore fait ?
- Si tu savais..."
Elle sourit, amusée.
" On était pourtant d'accord, plus de risques, plus d'aventure dangereuse... regarde-moi ce travail, dire que j'y avais mit tout mon cœur..."
Il en aurait presque pleuré le pauvre artiste face à son œuvre ainsi vandalisée par les dents d'un livre carnivore qui aurait bien fait son dîner d'une cuisse de Raven crue.
"Je suis allée à la Grande Bibliothèque de Gubal, avec Valemont. Il a avancé sur l'affaire du carnet, on a pu avoir pas mal de réponses...
- J'aurais bien aimé être là tiens, juste pour voir Cornell assomer la miqo'te.
- Tu ne viens même pas à mes concerts mais voir Cornell faire des trucs imprévisibles là tout de suite...
- Hey, je n'en rate pas un seul tu le sais !"

Même les fausses disputes, ils arrivaient à les faire durer. Néanmoins, sur un simple échange de sourires, ils décidèrent de ne pas poursuivre. Oscar pris place à ses côtés et posa la jambe blessée sur ses genoux, sa main sur son mollet presque dans le recueillement.
"ça va, ce n'était qu'une morsure et Valemont qui ma brûlé en voulant faire lâcher prise au bouquin... Je t'assure c'est moins grave que ça en a l'air.
- Je n'aime pas voir ton corps abîmé."

Raven jeta un regard sur la main de son vilain papillon, celle qui était incomplète. Tous les doigts y étaient et pourtant... Certaines choses ne se réparent jamais mais elle espérait encore un miracle.

"Tu as repensé à ce que je t'ai dit ?
- La petite Evira ? J'y songe. Il faudra que je vois si ton impression est bonne.
- Hm hm. Ce serait un beau présent pour elle si elle a le profil qui convient, la Fête des Étoiles approche."

Oscar s’affaissa un peu plus dans le canapé, songeur. Il lâcha la jambe blessée sur Raven replia afin de se redresser pour lui parler de plus près. A chaque fois qu'ils abordaient le sujet, il se fermait comme une huître, en proie à ses doutes et à ses questions.
Elle le voyait bien, jour après jour tenter de travailler -oui, il travaillait vraiment !- sur ses cours sans arriver à rien. Il ne cessait de douter de lui, de ses capacités à enseigner. Quand bien-même trouverait-il le disciple idéal pour transmettre son art, il n'était pas certain d'y parvenir. Elle aurait voulu attendre encore un peu et travailler sa mise en scène, mais le moment était peut-être bien choisi finalement. Ici, à l'improvise et sur ce canapé où ils parlaient rarement de choses importantes. Elle posa délicatement sa main sur sa joue afin qu'il la regarde.
"Tu es capable de le faire Oscar, tu l'as dans le sang."
Elle tira doucement de sous le coussin le livre à la couverture blanche, sans titre ni symbole et dont toutes les pages étaient vierge à première vue. Pourtant elle en était sure, elle qui portait sur son corps une part de l'ether de son amant, c'était bien là un héritage qui lui était destiné. 
"Je l'ai trouvé à Gubal. C'est pour te le ramener... que je voulais absolument y aller. Et Valemont m'aurait jamais laissé y aller seule..."
Le regard d'Oscar se figea sur le livre qu'elle posa sur ses genoux, nul doute qu'il venait de sentir ce que c'était. Elle sourit et reposa sa tête sur son épaule, impatiente de le voir l'ouvrir et révéler ses mystères...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Rouge et le Blanc
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AURA :: [RP] LE MANOIR DES AURA :: Membres de l'Organisation :: Carnets de voyage personnels-
Sauter vers: