FFXIV Compagnie Libre Roleplay - serveur Ragnarok
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Rouge et le Blanc

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 11:05


Musique:
 


"Chez moi"




Les jours et les nuits s'enchaînent, ici à Brumée. Le quotidien qui se répète n'a jamais été dans leurs habitudes, ni à l'un, ni à l'autre. Et pourtant, certains choses ne changent pas, ou plus. Un rayon de soleil traverse la vitre, apportant un peu de chaleur.
"Déjà le matin..."
Non, certaines choses ne changent plus. Ce même décor, ces mêmes meubles, ces mêmes fenêtres, ces mêmes vêtements sur le sol, cette même rose autour de son cou et près de son corps, ces doigts fins qui s'entortillent autour de la chaîne en argent avec malice pour le rapprocher de son visage et lui voler un baiser, encore un. Non, rien ne change. Il sourit en sentant ces bras audacieux enserrer sa taille pour le retenir. Rien ne change, tout se répète, et pourtant...
"Bonjour toi."
...pourtant chaque jour est différent.

Après avoir glissé sur le côté, il pose son regard sur la marionnette de bois assise dans un coin de la chambre. Raven se redresse et s'appuie sur un bras pour jouer avec son pendentif.
"Je la trouve plutôt à sa place ici.
- oui, répond-elle. Elle est tout à fait dans le thème. Tu sais qu'il existe, à Doma, des hommes qui utilisent des marionnettes semblables ?
- Parfois je me demande si je ne suis pas domien."

Il rit un peu, et l'entoure d'un bras en se redressant à son tour. Les rayons du soleil baignent à présent toute la chambre. Au travers des cloisons en papier, on peut discerner les ombres des nombreuses plantes qui décorent l'appartement. Un soupir d'aise lui échappe. Il est chez lui.
Après un moment, Raven finit par se lever, non sans lui avoir volé un autre baiser, et disparait dans la salle de bain. L'eau blanche et les pétales de rose embaument la pièce en permanence, elle en a besoin. Elle entre dans le bain après avoir brossé sommairement ses cheveux. Elle entend bientôt la voix d'Oscar juste derrière la porte coulissante.

"Je suppose que tu vas vouloir t'entraîner ce matin.
- Il faut bien. Le iaijutsu passe pas la répétition quotidienne des katas.
- A tes souhaits."

Elle rit, passant l'éponge sur ses épaules, l'eau recouvre bientôt la cicatrice brûlée sur son dos en forme de scorpion. Même si la douleur est passée depuis longtemps, elle sent toujours l'anormalité du relief de sa peau à cet endroit, et perd son sourire. "Chez moi", c'est plus compliqué à dire pour elle. Elle n'a jamais su vraiment si elle avait une maison quelque part.
Elle y pense, souvent même. Oscar semble s'adapter bien plus vite à la situation, une situation qu'elle a pourtant elle-même provoqué en lui demandant de mettre un terme à ses autres liaisons. Il a accepté l'enfant et en est même heureux, il s'y est fait plus rapidement qu'elle ; peut être parce qu'elle n'a pas encore vingt ans, elle sait sa jeunesse et son instabilité. Il s'est aussi très vite accoutumé d'une vie sédentaire, l'appartement lui plait. D'un côté, c'est ce qui l'aide à s'y faire aussi, même si c'est plus lent chez elle. Peut-être qu'une partie de lui l'a toujours désiré, qu'il attendait de pouvoir gouter à ce type de vie même s'ils ne seront jamais des gens normaux. Peut-être... non, c'est même certain, qu'elle appréciera aussi. La porte s'ouvre.
Elle sourit. Après tout, cela semble particulièrement bien partit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 11:21


Musique:
 


Bénédiction des ancêtres




Doma n'est plus depuis longtemps, et elle ne fut jamais très proche de sa terre natale bien que Ravast IV lui ai fait apprendre toute sa culture afin d'endosser un meilleur rôle. Ici, en Eorzéa, il n'est pourtant pas aisé de trouver un lieu à méditation. Gridania lui semblait être le choix le plus cohérent.
Passant sur ce pont de bois, d'où on pouvait voir le moulin à eau de la cité, elle se surpris d'un sourire. "Vous savez porter sur le monde un regard tellement spécial", c'est ce qu'il avait dit, c'est aussi ce qu'il avait pensé ; c'est ce qui l'avait touchée la toute première fois. Au delà de toutes ses méthodes de séduction, il avait sincèrement essayé de voir par ses yeux. Raven secoue la tête, riant toute seule. Qui sait comment se serait fini cette discussion sur le pont, s'ils n'avaient été surpris par l'orage et forcés de s'abriter sous les gigantesques racines d'un arbre millénaire. A l'époque, elle avait vu cela comme un signe des dieux pour la mettre en garde. Aujourd'hui, de la même façon, elle perçoit l'enfant qu'elle porte comme un signe d'approbation.
Marchant encore un peu dans la forêt, le long du ruisseau, elle finit par atteindre l'arbre gardien. Elle constate rapidement qu'il y a ici une forte concentration d'ether. Elle s'y sent bien plus à l'aise que dans un sanctuaire dédié aux Douze cependant. Elle ferme les yeux.

"Mes ancêtres..."

Elle prie. Ce n'est pas un autel, elle ignore si ses paroles seront entendues, mais c'est à ses yeux ce qui se rapproche le plus de ce qu'elle connait. Son daisho baigne dans l'eau du ruisseau, caressé par les rayons de soleil du matin. Elle prie ceux dont elle ignore le nom mais qui pourtant existent bel et bien. Aussi réels que le sang qui coule dans ses veines, aussi vrai que son nom qu'elle ne prononce pas... sauf devant lui, le moment venu.
Elle a déjà confié à Kiht'a le précieux anneau en or blanc. Plus le temps passe et plus ils sentent qu'ils vont bientôt passer à l'acte. Ils n'ont ni date, ni réelle préparation. Ils le savent, c'est tout. Un jour, ils vont se décider sur le tas et c'est sans doute mieux comme ça. Elle sourit. Sa linkperle vibre. C'est la guilde des aventuriers.

"On a un contrat pour vous.
- Je ne travaille plus en solo.
- Tant mieux, car c'est dangereux."


Une nouvelle affaire de lieu hanté, en Noscea cette fois. Il va être temps de mettre Oscar sur le terrain. Cette idée la fait sourire, il doit s'ennuyer à force de concentrer sur son entraînement. Elle récupère son daisho, et tourne les talons. Il va être temps de le lui dire, ce qu'ils attendent depuis tout aussi longtemps : "Je t'emmène avec moi à partir de maintenant". Avant de disparaître dans les bois, elle a un dernier regard vers l'arbre gardien. Et là, était-ce aussi un signe ? Le bruissement dans les fourrés et l'apparition d'une silhouette blanche près de ruisseau lui arrachent un sourire. Avant même qu'il ai pu ouvrir la bouche elle rit doucement pour se répondre à elle-même.

"Qui sait ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 11:37


Musique:
 


Merci... de m'avoir fait vivre




"RAVEN"

Ce nom, c'est le sien. Elle a beau sentir la douleur, un sourire se dessine sur ses lèvres. Pourquoi s'acharne t-il donc à l’appeler par son vrai nom ?
Une grimace tord son sourire, la griffe vient de lui transpercer le ventre. Elle réalise, le sang qui s'écoule de la plaie, son enfant, sa nouvelle vie. Cette vie qui n'était pas faite pour elle. La lame de son katana finit de trancher la tête de l'énorme créature cornue qui l'enserrait. En se retirant, la griffe termine de lui arracher quelques mailles de son armure. Elle tombe à genoux.

Le blanc se tâche de rouge, ce fut une belle image, si ce rouge n'était pas mortel.
"Tes gants, ils sont tâchés."
Oscar demeure silencieux, la bouche ouverte, il la retient contre son manteau comme s'il ne voulait pas voir ce qu'il avait pourtant sous les yeux. Elle a gagné, encore, elle a vaincu. Mais cette fois... cette fois elle a été plus lente, trop lente. Cette fois, elle portait son fils. Son fils à lui.
il retire son gant et pose sa main sur son ventre, où la plaie béante et douloureuse laisse peu de doute sur ce qu'il devra vivre dans les prochaines minutes, les prochaines années. Pourtant, elle lui sourit encore.
"Pardon, Oscar. Je crois que ta vie ne va pas changer... au final.
- Elle avait déjà changé."

Le blanc devient plus rouge encore, tant qu'ils sont encore là tous les deux, tous les trois. Tout n'avait donc été qu'un rêve ? Avait-elle seulement été réelle ? La rose prise dans la résine autour de son cou, et qui se balançait à présent au rythme des battements de cœur de Raven en était pourtant la preuve. Tout était réel, jusque dans la plus atroce douleur.
On peut parler de la mort, on peut supplier les Douze, dire des choses pour s'accrocher à la vie, mais il ne sert à rien de supplier pour éviter l'inévitable, quand il n'y a plus rien à dire. Les bras de la jeune femme entourent la taille d'un homme silencieux. Le rouge semble absorbé par le blanc, dans une étreinte qui n'en finit plus.

"Tu le sais, que je voulais cette vie. Que je voulais t'en offrir une. Tu le sais que je t'aurais sauvée comme je te l'avais promis.
- Tu as déjà fait tout ça, Oscar."


Il n'y a rien, plus rien d'autre que le sable du désert. plus de corps de démon tombé en poussière et perdu dans l'ether, plus de sel emporté par le vent, plus de sauge brûlée. Il la serre plus fort pour calmer ses spasmes. Il n'y a pas besoin de dire "je t'aime", il n'y a pas besoin de partir dans de vaines promesses d'une présence spirituelle qui n'engage que ceux qui y croient, ou d'une fidélité aussi vide de sens qu'impossible.

" Merci... de m'avoir fait vivre."

Elle ne bouge plus. Son cœur s'arrête, en même temps que celui qu'elle avait volé. Il n'y a plus rien. Il n'y a plus d'enfant, il n'y a plus de femme, il n'y a plus de mari non plus. Son cœur s'en est allé, en a t-il eu seulement un ?
Après de longues minutes, l'homme blanc finit par se lever. Il emporte avec lui le corps de celle qu'il a aimé jusqu'à ce lieu, si proche ironiquement, celui où il avait juré qu'il n'aimerait qu'elle. Le bouquet de roses rouge y demeure encore bien qu'elle ne soit plus. "Si je vous oublie, vous serez le premier informé", ces mots occupent son esprit, et il les murmure pour lui-même tout en creusant pour elle une tombe sans nom. Ce nom, il le gardera pour lui, c'est ce qu'elle lui a laissé, elle qui fut sa femme. Durant ces longues heures, personne ne sera le témoin ni de sa douleur, ni de ses larmes s'il y en a eu, de son désespoir peut-être. Non, personne ne saura jamais comment il supporta les premiers instants, comment il choisit de rester lui-même et de faire une croix sur ce qu'il avait vécu.
Le monde l'oubliera peut-être, pas lui.

"Merci, de m'avoir fait vivre."

   Se penchant sur la tombe, il la couvrit de roses rouge comme le sang. Ici, il laissait maintenant la vie qu'il avait un temps, sincèrement, voulu vivre. Ici, il demeura jusqu'à ce que ses pouvoirs effacent le sang sur son manteau. Ici, il reviendra quand il le décidera, seul, peut-être qu'il ne reviendra jamais. Quand il s'éloigne finalement, il croise un autre homme qui marche en sens inverse. Un homme blond, le visage grave, qui est sans doute le seul qui viendra sur cette tombe isolée. Ils n'échangent pas un mot, sauf peut-être :

"Vivre n'est pas survivre."

Oscar ne répond rien, il s'éloigne et laisse l'homme se rendre là d'où il part. Le temps pansera ses plaies, il n'a plus de cœur à porter, un nuage de papillons cachera le reste.
Il y a eu, et il y aura beaucoup de roses ; mais il n'a existé qu'une seule Raven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 12:22


Musique:
 


La fin n'était que le début ?




"Est-ce vraiment toi, ou mes propres illusions que je retourne contre moi ?"

qui sait ?


"C'est impossible."
Cela ne t'a jamais dérangé avant.


"Me laisserais-tu y croire ?"

"Je n'y crois pas"


"Donne-moi une preuve"
J'ignore si tout ceci est réel.

"..."



Comment sont les roses ?
"Il y en a beaucoup."


Si c'est une illusion, alors tu es devenu... encore plus fort.


"Qui sait ?"


Qui sait.





Un chant résonne, au loin, dans son esprit. Alors pourquoi les animaux autour tendent l'oreille ?
Qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 12:24


Musique:
 


Une longue nuit trop courte




Longues heures, courte nuit. Au loin, le ciel nocturne se teinte de violet sur le paysage du Thanalan. la Baie des Vêpres est encore endormie à cette heure ou les veilleurs commencent à piquer du nez, et que les premiers hommes du matin ne sont pas encore debout. Cette heure où le désert et l'océan sont au repos, le silence est rompu sur les falaises, en hauteur.
"Enfin", voilà ce que furent les seuls mots prononcés distinctement sitôt qu'ils furent seuls sur ces rochers. Et la nuit avait passé, les heures ne les arrêtaient pas, tantôt animés par une impatience sauvage après ces mois de séparation, tantôt retenus par le besoin de retrouver la moindre parcelle de peau, de savourer le moindre soupir, de prolonger le moindre croisement de regard.

Entre les fourrés d'herbe sèche, un lit de fourrure blanche et brune les couvre, pour ce qu'il reste à couvrir. L'hermine blanche respire enfin, précieusement gardée comme une relique, elle retrouve ce même attrait qui lui avait valu d'être offerte en gage d'affection sincère. Les deux fourrures se mélangent sur le sol, à l'image des deux corps enlacés.
"L'aube approche..." souffle Oscar.
-On a... perdu trop de temps...
- On en aura perdu encore plus si ce lion ne m'avait pas blessé..."

Il enfouit son nez dans ses cheveux, non, ce n'est pas déjà le matin, il refuse. Rien d'autre n'a le droit d'exister.
"Oscar..."
Rien d'autre n'a le droit de prononcer son nom.

Elle vient de le griffer, encore, il sourit, c'est réel, c'est bien réel. Cette douleur si c'en est une, ou plutôt cet agréable picotement sur sa peau blanche rougie par ses ongles, parfaite imperfection. Il pose enfin son front contre le sien et croise son regard..
"Et non, ce n'est pas du temps perdu."
Elle sourit, il reprend.
- J'ai retrouvé, dans ma mémoire, le souvenir de la moindre parcelle de ton corps jusque dans ses moindres détails. Avec le pouvoir de l'Agathe Link, je pourrais faire de ces images une réalité...
Son visage se fait plus sérieux, malgré son sourire presque comblé. Elle est sienne, l'a toujours été et le sera à nouveau. Il se mord la lèvre. Cette nuit est trop courte. Ils commencent à sentir, enfin, que le temps leur est compté, le ciel est entièrement violet. moins d'une heure devant eux, si peu, tellement peu.
Enlacés, ils roulent sur la fourrure comme pour s'y noyer, et oublier le monde.

"Je vais te ramener.
- Je sais."

Elle n'en a jamais douté, et pourtant il a dans les yeux une flamme qu'elle-même ne connaissait pas. Ce n'est pas qu'une affaire sentimentale, pas seulement pour la reprendre.
- Il y a autre chose, n'est ce pas ?
Il sourit un peu.
- Oui et non.
Il se saisit de l'une de ses mèche de cheveux ébène et les embrasse du bout des lèvres.
- C'est toi, mais c'est aussi tellement plus...
- Tu as toujours été fasciné par Banshee, depuis Mélanie Ravenswood.
- Non Raven, c'est au-delà de toute cette histoire de famille... cela va tellement plus loin...

Curieuse, elle en oublie un temps les tic-tac de la montre de son esprit. Elle le fixe, intriguée, attendant qu'il poursuive.
- Tu ne saisis pas ? Je touche du doigt ce que j'ai cherché, ce que tu m'as fait entrevoir. Souviens-toi du premier soir sur la plage.
- Comment oublier...?

Elle sourit en coin, amusé il lui vole un baiser en souvenir de ce premier.
- la beauté au delà de toute forme de jugement, je n'en ai jamais été aussi proche. L'absolue création, le beau à l'état originel, je veux y gouter.
- je vais finir par croire que tu es heureux de la situation...
- Je le serais moins dans quelques heures, quand j'aurais envie de toi et que tu ne seras plus là.
- Tu trouveras bien une "rose" à combler voyons.
- Oh, jalouse ?
- 10% jalouse, 30% fière, 60% envieuse.
- J'aime."


Il l'étreint et murmure, ce qu'il répète à chaque fois, ces mots qu'elle connait si bien. Le ciel s'éclaircit un peu plus, toujours pas de soleil. L'aube tardive a raison de leur patience. Les minutes passent, les nuages avancent, le vent se lève, il commence à pleuvoir en plein désert. Comme si le corps de Raven ralentissait, ses bras se resserrent, il la sent de moins en moins, elle doit serrer plus fort.
Conscient de ce qui se passe, ils n'en parlent pas, il n'y a rien à en dire. La pluie ne les perturbe pas. Il la sent se figer. Il ouvre les yeux, il la voit encore, mais il ne la sent plus. Elle n'est plus qu'une image ; l'image s’efface doucement.
Il reste un long moment silencieux, allongé sous la pluie dans ces fourrures bien froide et bien vide. Se tournant sur le dos, il garde le bras droit posé sur les yeux pour ne pas regarder l'eau qui tombe du ciel.
Pourtant ses yeux comme son visage, sont humides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 12:26


Musique:
 


"Tant qu'à faire..."




Raven sourit à Nesuta. Le garçon, incrédule, ne comprenait absolument rien de ce qui était en train de se passer. Sous ses yeux l'ether s'était concentré et un corps de femme s'était matérialisé entre les mains d'Oscar. Pas une revenante, pas une morte, mais une femme bien vivante. D'abord étourdie, la jeune femme ne put s'empêcher de sourire avec légèreté.
"Salut.
Oscar Kaerell sourit alors grandement.
- Quelques heurs de gagnées !
Nesuta Kamui était stupéfait.
- Heum... bonsoir ?
- Nesuta Kamui, Raven futurement Preder, présenta l'homme aux papillons.
- Que... vous n'êtes pas morte normalement ?!

Raven se colla alors contre Oscar avec son sourire de sale gosse.
- Alors techniquement... non. J'ai été.... dématérialisée. Elle sourit, Oscar n'en avait cependant pas terminé.
- Attend, attend toi.

Nesuta resta interdit quelques instants. Raven sourit à Oscar. Le pauvre adolescent, dont le bras était encore sous "l'emprise" de la petite fille à plumes, essayait tant bien que mal de suivre et d'enregistrer tous les éléments du puzzle.
- Vous êtes.... cette sphère rouge ?
Faire les différentes connections dans sa tête n'était pas évident, mais ça commençait à rentrer. Ceci dit, Oscar le coupa assez vite :
- Kamui, j'aimerai faire ma demande en mariage, tu peux la mettre en veilleuse deux minutes ?
- Non, mais ce qu'il y a dans cette sphère est arrivé à me redonner corps... au moins pour quelques t-...

Raven ouvrit des yeux aussi ronds que des soucoupes, pour peu, c'est elle qui aurait pu faire un arrêt cardiaque. Pour quelqu'un que l'on pensait mort, ça aurait été un comble.
- HEIN ?!"
Oscar Kaerell se décale de Raven, et pose un genou a terre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 12:28


Musique:
 


Mon moi véritable




Allongé sur le lit, la tête posée sur le rebord, Oscar suivait des yeux les formes féminines au dessus de la surface de l'eau. Une cloison, un porte ? Quelle drôle d'idée que de ne pas se laisser l'opportunité d'apprécier le beau dans sa totalité. La tête appuyée sur sa main, cigarillo dans l'autre, il ne détachait ses yeux de sa cible.

"Tu penses que le rituel de Desmee fonctionnera ?"

Elle avait posé la question sans se retourner, sachant très bien qu'il l'observait. Il cligna des yeux avant de se redresser.
"L’échec n'est pas envisageable. Je veux la perfection.
- Ce que tu veux, c'est surtout la vengeance."

Raven coupa le robinet de douche avant de quitter le bain, s'habillant d'un peignoir et d'une serviette. Il faisait bien chaud dans cette chambre, grâce à la cheminée ouverte. Il suffisait de lever les yeux vers le plafond pour voir les étoiles et de poser le pied au sol pour sentir le crissement de l'herbe sous le pied. Oui, tout était parfait ici, et pourtant l'un comme l'autre n'étaient pas satisfait, ils ne l'étaient plus.
"La vengeance fait aussi partie de moi.
- J'aime ça."

Le cri du cœur, silencieux, d'une toute jeune femme qui réclame aussi le prix du sang pour ce qu'on lui a enlevé. Ceinture nouée, elle vient s'asseoir sur le bord du lit, les jambes dans le vide. De petites feuilles artificielles tombent en continu du baldaquin, mais ce qui attire son regard, ce sont ces mèches de cheveux blanc qui tombent sur ces jolis yeux, et sur ce tatouage qu'il a sur la joue. Elle pose l'index dessus.
"Je te l'ai dit, j'aime tout, et je prends tout."
Il sourit. Il ferme les yeux et pose sa main sur la sienne, un peu plus ferme.
"Je n'ai pas l'intention de te le remontrer une deuxième fois.
- Je sais, je me demandais juste combien d'autres facettes de toi sont encore cachées par ce tatouage.

Il ne dit rien. Il se demande sans doute, encore, comment peut-elle aimer à ce point la laideur qu'il lui a montré, ce qu'il cache, qu'elle a été la seule à voir. Il aime le beau, elle est le beau.
" La violence est laide, mais la vengeance peut être belle...
- La rage de combattre peut être sublime.
- Je veux les tuer Raven.
- Qui veux-tu tuer ? Les sirènes ou juste celles qui ont envoyé ce démon ?
- Toutes ces engeances du Néant et ceux ou celles qui les envoient. Ceux qui t'ont enlevé à moi, pris notre fils, je les détruirais tous."


Raven tend les jambes pour les passer sur le lit et s'allonge à ses côtés. Oscar s'empare de l'une de ses mèches de cheveux ébène. Blanc et rouge, ils étaient si différents, aujourd'hui ils ont pris chacun un peu de l'autre. Sur la table de chevet, le masque blanc de Raven qu'il s'est approprié, et qu'il a teint en rouge. Juste à côté, un nouveau masque blanc qui attend sa propriétaire. Il finit par souffler :
" ça va marcher. Il faut que ça marche."
Il lui ouvre ses bras, elle pose sa tête sur son épaule.
"Je ne veux pas manquer la date, cette fois-ci."
Oscar la serre un peu plus. Il sent encore sa main sur son tatouage. L'illusion est si parfaite que même elle, sachant ce qu'il est en dessous, ne sent ni ne ressent aucune de ces différences. Pourtant Raven connait le moyen, elle sait qu'il pourrait retrouver une apparence normale... mais il semble décidé à payer le prix de sa promesse. La seule qu'il a faite à un autre qu'elle, il y a bien longtemps.

Ce qu'ils savent, ce qu'ils ne peuvent se dire même entre eux, ils n'en ont pas besoin. Le jeu est ainsi, et c'est une partie qu'ils ne veulent plus voir s'interrompre brutalement. La patience est une vertu qui les met à rude épreuve...
... L'un comme l'autre savent ce qu'ils ont à faire pour mériter leur récompense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 12:30


Musique:
 


Assise à son bureau, Raven observait son reflet dans le miroir posé devant elle. A sa droite, un coffret de maquillage, à sa gauche, un vase contenant une rose rouge, et sur la rose, un papillon blanc posé sur le pétale.

« Avoue qu'elle te plaît. »

Le papillon ne répond pas évidemment. Raven sourit, caressant du bout des doigts le couvercle du coffret.

« Avant que tu ne dise quoi que ce soit, je ne t'ai rien caché. J'attendais juste la … bonne occasion, la bonne mise en scène. Comme elle doit le faire avec son amant. Peu de gens savent tu sais avant de nous voir ensemble. »

Le papillon bouge légèrement les ailes, il les ouvre, dévoilant le joli motif argenté qui attire son regard et étire son sourire mutin.

« Je sais que tu as apprécié le spectacle. »

Raven appuie son menton contre son poignet, le coude posé sur le bureau. Elle a retrouvé un être cher aujourd'hui. Elle avait déjà signalé son retour, rassuré sur son état bien vivant, mais elle n'avait pas osé se présenter d'elle-même « chez elle », enfin à son « bivouac régulier », pour des retrouvailles. C'est finalement elle qui est venue à l'institut. Quelques mots, une étreinte, et des rires. De la joie et des jeux, des vies croisées. Elle lui a tellement manqué.
Elle regarde le papillon, amusée.
« On faisait souvent ça tu sais, avant. »
Une époque pas si lointaine. Les bains à Uldah, le parfum d'épice après quelques larcins dans une étuve, le thé à la menthe et le repos après avoir couru des heures sur les toits. Des souvenirs mais aussi promesse d'avenir. Chacune de son côté, chacune dans sa vie, et pourtant toutes les deux sœurs pour toujours.

« J'ai vraiment hâte de rencontrer ce fameux garçon qui lui tient la jambe. Je crois que tu la rends curieuse aussi. »

Le papillon disparaît. Raven secoue la tête et ricane ; elle saisit le masque blanc dans le tiroir. Ce n'est pas encore le bon moment, mais bientôt tout sera prêt.
Un toque à la porte, elle s'ouvre, une main gantée tenant une rose rouge apparaît dans l'ouverture.
« Bonsoir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 12:32


Musique:
 


"Ne pars plus sans moi".




Raven ouvrit les yeux. Dormir, la sensation du sommeil, cela lui avait manqué. Les membres engourdis, elle bougea très légèrement pour desserrer l'étreinte trop forte pour elle de ce papillon impatient. Elle soupira, ses bras étaient fébrile, et ses jambes aussi faibles que celles d'un faon à la naissance. Il faudrait du temps pour qu'elle retrouve sa force, sa vigueur, son agilité. Elle n'avait rien oublié, mais ses muscles devaient se réhabituer à l'effort, et son esprit se synchroniser avec eux. Une lente rééducation, à laquelle elle devrait accorder la majeure partie de son temps pendant quelques mois. Elle demanderait au Docteur Shan de la suivre, ce n'est pas le moment de jouer au rebelle solitaire.
Elle se redresse dans le lit, encore un peu endormie. Son regard se pose sur celui qui peine à la lâcher, bien qu'il soit encore plongé dans ses songes. Depuis combien de temps n'a t-il pas passé une nuit sereine ? Raven sourit, et se penche pour replacer une mèche de cheveux qui lui chatouillait le nez. Elle remonte le draps sur son épaule avant de regarder la pièce.
"Chez nous."
Les pétales de rose pleuvent en continu, pour disparaître avant d'avoir touché le sol. Au plafond, un milier de papillons blancs et rouge donnent l'impression qu'il n'y a rien d'autre que le ciel et la forêt pour les couvrir. Certains se sont posés sur les colonnes, le battement silencieux de leurs ailes délicates apportent à ce lieu une féérie qui n'a pas sa place au dehors.

L'Agathe Link n'est plus, sa mission est accomplie. Comme un poids libéré de sa poitrine, en plus de ce bonheur d'être enfin de retour. Cinq années de sa vie qui sont à présent un chapitre clos, et un nouveau départ, une chance qu'elle ne laissera pas passer.
... Et il y a Arhae. Arhae qui, depuis tout ce temps, priait pour son bonheur. Oui, cette princesse de bonté si naïve a attiré son affection. Elle a une dette envers elle, mais pas seulement. Elle ira porter son courrier à ses sœurs, comme promis, mais percera aussi les secrets de cette famille qui la terrorise.

"Ce voile ne peut être levé, car de la promesse éternelle je suis la clé".
Moi aussi, je te fais une promesse éternelle, Arhae...


Sous le drap, Oscar bouge légèrement. Un bras s'extirpe doucement pour venir enlacer sa taille. Elle perd l'équilibre, mais il se redresse pour l'attirer contre lui et poser sa tête dans son cou. Un baiser sur son épaule et il souffle, souriant :

"Bonjour."

Un mot simple, qui la fait rire. Il resserre son étreinte, comme si il craignait qu'elle disparaisse à nouveau dans l'ether. Les pétales de rose se suspendent dans l'air, le battement des ailes des papillons cesse, plus rien ne bouge pendant quelques secondes. Il n'y a rien, rien qu'une larme unique qui tombe sur son épaule et s'y efface comme si sa peau absorbait toute sa douleur. Elle ne dit rien, et passe un bras derrière sa nuque. Il souffle à nouveau.

"Tu es encore là."

Raven se tourne alors légèrement vers lui. Il la fixe, répétant ces mots qu'il avait à peine murmuré la veille.

"Ne pars plus sans moi.
- Jamais."


Plus jamais elle n'irait là où il ne peut la suivre.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 12:34


Musique:
 


Si je regarde le ciel




Les nuages demeurent sombre ce soir là, lorsqu'elle vient s'asseoir sur le rocher. Raven lève les yeux et les contemple se mouvoir lentement vers l'Ouest, poussés par le vent d'Est vers le large, où la tempête est annoncée. Derrière son masque, elle se perd dans ses pensées.
Brumée, nouvelle demeure, nouveaux voisins et nouveaux problèmes. Déjà, cette entité qui les a suivi jusqu'ici, et Chidori qui disparait. C'est de plus en plus inquiétant, d'autant que personne en dehors du personnel de l'institut ne semble touché. C'est forcément lié à l'une de leurs missions mais laquelle ? Elle fronce les sourcils, elle n'aime pas ne pas comprendre, ne pas contrôler... ô dieux qu'elle déteste ne pas avoir le contrôle. Mais pendant qu'elle perd du temps à ses réflexions, les nuages continuent de s'avancer vers l'Ouest, de s'étirer, de cacher les étoiles. Où est Chidori ? Combien de temps tiendra t-elle là où elle se trouve ?
Dans un soupir, la hyuroise relève légèrement son masque pour passer le dos de sa main sur ses yeux.

Elle repensait au contrôle des grandes compagnies. Serenity Riverstorm, Joras Blake, Reingart Greywoode... les inspections s'intensifient, les contrôles se durcissent, et la tension actuelle avec l'entité n'aide pas. Il va falloir percer cette énigme au plus vite.

"Raven ?
- Arthurin ?
- Vous avez du travail, on vous demande sur le terrain pour..."


Enfin, de l'action. Elle se lève et ajuste son manteau. Le chemin n'est pas très long jusqu'au manoir, et Arthurin l'attend à l'entrée avec son équipement. Lentement, elle enfile son harnais et ferme son manteau par dessus. Ses éventails, elle attache ses cheveux. Une porte s'ouvre, elle reconnait Oscar derrière son masque rouge. Elle sourit en coin.
"Il te va mieux qu'à moi.
- Je sais.

 Il ajuste son manteau, elle vient fermer son col d'un geste doux et précis à la fois. L'homme saisit ses mains, il la regarde.
- C'est quoi cette fois ? Demande t-il.
- Un poltergeist dans une demeure ishgardaise, trois membres de la famille sont déjà sous son influence.
- Charmant, trois possessions... il ne doit pas être faiblard.
- Tu as peur ?

Elle sourit en coin. Il passe délicatement son pouce sur ses lèvres et soulève son masque, le temps d'un instant, pour y déposer les siennes.
- Non."

Raven saisit la carte du mandat à valider et la glisse dans son manteau. Oscar ne prend aucune arme, jamais, excepté...
"Tu dois toujours m'apprendre à m'en servir.
Il lui montre un petit étui de cuir, pas plus grand qu'une main de femme.
- On a trois victimes sous contrôle qui nous attendent. Tu vas avoir de quoi faire tes devoirs, vilain papillon.
- Oh comme j'ai hâte... professeur Raven."


Les nuages noirs continuent d'assombrir le ciel au dessus de la Noscea. Alors qu'ils marchent vers la sortie de la baie, deux personnes discutent d'un quotidien bien étrange. Des démons, des créatures sombres, de la magie corrompue... Levant les yeux, ils cherchent à capter la lumière d'une étoile. 

"Hm tant que j'y pense, je crois qu'il y a une cathédrale à Ishgard..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Rouge et le Blanc
Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AURA :: [RP] LE MANOIR DES AURA :: Membres de l'Organisation :: Carnets de voyage personnels-
Sauter vers: