FFXIV Compagnie Libre Roleplay - serveur Ragnarok
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Rouge et le Blanc

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Lerith
Admin
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 10:44



Musique:
 

Ainsi Soit-il...



Ainsi soit-il, que ce secret n'en soit plus un. Ainsi soit-il, à accepter qu'il ne soit qu'un homme et que je suis une femme. Ainsi soit-il, à me laisser prendre au piège dans ce jeu de dupe qui est allié bien plus loin que nous le voulions.
De l'homme aux roses, à l'homme aux doutes, pour devenir l'homme qui aime, et tout cela pour un chant. Une symbiose parfaite, alors que son objectif était à l'origine d'attiser son intérêt, sachant son attirance pour le beau. Tout ceci n'était qu'un jeu, un jeu pour lequel elle avait trouvé un partenaire et un adversaire digne d'elle. Les douze avaient décidé de leur jouer un tour, de les lier, de créer ce besoin permanent de prolonger la partie pour en faire... autre chose. Et ce soir ils avaient finalement eu la bénédiction tant espérée.

Assise sur le bord du bassin, elle jeta un bref coup d’œil par dessus son épaule. Ses yeux redessinèrent les contours de l'homme aux cheveux blanc étendu à moins d'un mètre sur la fourrure brune, les yeux à demi fermés levés vers les étoiles. Non, bien sûr qu'il ne dormait pas, aucun d'eux ne pouvait dormir ou parler. S'ils parlaient, ils en reviendraient à ce sujet épineux sur lequel ils n'avaient toujours pas trouvé d'accord. Ils y reviendraient plus tard.
Après avoir partagé chacun leur douleur secrète, il leur fallait bien encore une ou deux heures pour tout encaisser. Aucun des deux ne voulait faire souffrir l'autre, tous les deux auraient voulu que ce soit plus facile. Les noms, les roses, la liste, l'avenir...

Patience ? Elle n'en avait pas pour ça. Retenue ? Connait-il seulement ce mot... c'est un drôle de jeu qui s'engage désormais, un jeu dont ils connaissent déjà le vainqueur, mais on se dispute sur le temps qu'il faudra avant d'arriver à la fin de la partie.

Elle se redressa pour venir le rejoindre, et suivit son regard toujours fixé sur cette même étoile dans le ciel qui lui arracha un sourire, le premier vrai sourire de la soirée.  Quand il lui saisit la main, sans tourner le visage, elle compris qu'il était temps.

"Fin de la pause ?"  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 10:47


Musique:
 


A moi seulement



Oscar garda les yeux fermés, jusqu'à ce qu'elle finisse de chanter. Elle ne savait chanter qu'en domien, il attendait qu'elle lui apprenne à saisir le sens de ses paroles, mais il frissonnait toujours sous sa voix. La symbiose était tellement, trop, parfaite. Il aimait le beau, il aimait la musique, mais celle-ci n'était qu'à lui, rien qu'à lui, elle ne chantait que pour lui et seulement pour lui. Sa muse, son chant terminé, releva la tête de son épaule pour le regarder. Elle sourit, voyant les effets de son œuvre. Elle n'était pas une artiste, pas plus douée qu'une autre, encore moins faite pour le feu des lumières de la scène, mais devant lui son chant devenait unique.

"C'était magnifique..."

Quand il ouvrit les yeux, toute la colline était recouverte d'un tapis de roses rouges et blanches. Le tissus rouge de la robe uldienne se fondait presque dans les pétales, on pouvait clairement deviner à quoi il pensait.

"D'ailleurs, cette robe...?
- Je l'ai faite faire il y a deux jours mais je pensais ne la mettre qu'au bon moment. Je n'en ai pas vu de meilleur.
- ... en rouge c'est parfait."


Il se contenta de sourire. Les étoiles étaient voilées par de lourds nuages mais... le ciel n'aurait pas pu être plus beau pour autant. Raven laissait courir son index sur le petit pendentif en verre qu'elle lui avait fabriqué. La rose brillait plus fort que jamais ; elle en laissa échapper un rire étouffé. Depuis le premier soir, leur première rencontre, elle n'avait jamais été comme les autres. Elle n'avait ni accepté, ni refusé ses "roses", elle les lui avaient rendu sous une autre forme.

"Puisqu'elles disparaissent lorsqu'on vous a oublié, si un jour je vous oublie, vous serez le premier informé."
Son premier coup d'éclat, la première faille, le premier bon souvenir. Depuis le début, rien n'avait été comme cela aurait dû être, pour elle comme pour lui. Ils s'étaient revu, encore et encore, ils avaient flirté, un peu plus et puis encore un peu plus jusqu'à...

"Tu penses encore..."
Il avait ce sourire en coin de celui qui a deviné le vilain secret. Sans s'en rendre compte, elle avait laissé son regard se perdre dans le vague, et son esprit errer dans ses pensées.
"Mais à quoi penses-tu, là est tout l'intérêt...
- ...en voilà une bonne question."

Elle se contenta, à son tour, de lui sourire. On ne se refait pas, la partie avait beau être terminée d'un côté, ils allaient certainement continuer à jouer sur d'autres choses peut-être moins importantes. Ils ne changeraient jamais vraiment, mais... ce soir, le poids du monde s'était libéré de leurs épaules. La dernière barrière avait sauté, les derniers doutes, les dernières incertitudes, tout ce qui les avait tendu ces derniers jours. Il l'avait finalement fait, en plein milieu du Manoir Abyssal, en quelques murmures échangés, des mots qui se gardent précieusement.

Au matin les centaines de roses avaient disparu de la colline, et le couple s'était évaporé. Il ne restait en lieu et place qu'un bouquet de roses rouges étincelantes, des roses qui ne fanent pas, des roses dont ils n'auront plus besoin désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 10:49


Musique:
 


Saviez-vous que...?



Il neige encore, elle attend, bien au chaud dans son épais manteau, qu'il la rejoigne après avoir prévenu tous ses employeurs qu'il devrait s'absenter. Elle sourit. S'ils savaient, tous, comment tout ceci va se terminer.
Assise sur un rondin de bois en face du refuge, elle pense. Mais ce n'est pas vers celui qu'elle attend que se dirigent ses pensées, mais vers celui qui attend des résultats. Il veut que les choses avancent, il attend des retours et des rapports, et ces derniers jours elle n'a que trop traîné à cause de ces sentiments naissant. Il n'hésitera pas à les priver l'un de l'autre si il voit qu'elle s'affaiblit. Oscar s'inquiète pour cela, elle l'a rassuré mais elle reste réaliste, si elle n'appartient pas à cet homme, elle lui est dévouée, sincèrement. Un mot de lui et il pourra l'envoyer en mission à l'autre bout d'Eorzéa pour la punir.

Elle fredonne cette petite chanson, perdue dans ses pensées. Ce n'est pas une des siennes, mais cette chanson lui plait, elle plait à Oscar aussi. Un rire s'échappe de ses lèvres, suivi d'un frisson. Il fait de plus en plus froid. Pourvu qu'il puisse revenir avant le début de la tempête. Pourvu qu'il ai pu finir son travail avant qu'un autre perde patience.



"Je ne veux pas t'interdire des distraction, mais que cela ne te détourne pas de tes objectifs. Qu'importe les sentiments que tu pourras éprouver pour lui tu ne voudrais pas me décevoir n'est-ce pas ?"

Dans le bureau richement meublé, la jeune femme en armure écoute sagement, les yeux fermés, les recommandations du troisième homme à l'avoir élevée. Son regard est le même, son visage est plus jeune, il porte le même nom, mais ce n'est pas le même homme que celui qu'elle appelle "père".
Il se lève, contourne le bureau et vient se placer face à elle, la forçant à le regarder dans les yeux.

"Je veux ton bien, tu le sais. Et je sais combien l'amour peut rendre fou les gens comme toi..."

Pourquoi ce sentiment ? Pourquoi autant de confiance aveugle envers cet homme à qui elle n'est liée que par le testament de Raw Ravast IV ? Pourtant, elle boit ses paroles et hoche la tête comme une enfant, une enfant qu'elle est encore, elle n'a même pas vingt ans.
Raw a toise un moment, puis lui lisse les cheveux avec affection.

"Es-tu sûr de ses intentions envers toi ?
- ... Il ne plaisante pas avec les dieux."


Un léger rictus s'échappe des lèvres de son tuteur, il ne comprendra surement jamais l'importance que les hommes accordent aux dieux. Mais soit, s'il est au moins sure d'une chose, c'est que les éorzéens ne jurent pas à la légère sur leurs divinités, sa promise en est bien le meilleur exemple.

"Qu'il en soit ainsi. Mais je garde un œil sur toi. Ne penses même pas à mener une vie rangée avec ton petit ami."





Raven rouvre les yeux, ce souvenir s'évapore dans la neige qui tombe en continu, à gros flocons. Une silhouette se dessine sur le chemin, une silhouette grelottante. Elle sourit, il ne supporte vraiment pas le froid, quel précieux lui alors.
"... Tu m'attendais ?"
Il sourit, elle le lui rend. Après tout, c'est pour devenir plus fort qu'ils sont ici. Elle lève le regard vers le ciel gris d'où tombe la neige.

Je ne vous décevrais pas, père. Votre successeur est aussi dur que vous l’étiez, mais il fait cela pour mon bien. Je sais que la voie que j'emprunte ne me rendra pas plus faible, je suis vos traces. Saviez-vous qu'un jour je serais capable d'une telle chose ? Saviez-vous que j'aurais cela en moi ? Saviez-vous, au plus profond de vous-même, que cela était possible ?

La main d'Oscar est glacée quand il saisit la sienne, mieux vaut ne pas traîner dehors, il a hâte de retrouver un bon feu de cheminée et une dizaine de couverture. Douillet va !
Avant de passer la porte, elle lance un dernier regard par dessus son épaule.

Il vous ressemble, père. Je le sais au fond de moi, qu'il m'a choisi dès le départ lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 10:53


Musique:
 


Disparaître



Raven finit de fermer le sac, et emballa soigneusement la fourrure en paquetage. Oscar l'observait avec ce petit sourire en coin qui lui était si familier, il n'aurait pas bougé un orteil pour lui proposer son aide. C'est qu'il fallait le comprendre le petit précieux, il était tout engourdi par le froid et c'est à peine s'il serait capable de marcher. Dans l'intimité du couple, les illusions chevaleresques du prince aux roses auraient fait pâlir bon nombre de ses conquêtes passées.
"Si tu as fini de m'aider, tu peux aller me chercher mon manteau ? Souffla Raven, amusée par la situation.
- Mais naturellement."

Il se décida enfin à se lever et disparut derrière un mur du refuge pour revenir avec un manteau de fourrure bien chaud qu'il tendit à sa compagne. Il avait déjà enfilé le sien.

Dehors, la tempête s'était calmée mais le brouillard et la neige, dans la lumière de cette fin d'après-midi, faisaient se confondre la terre et le ciel dans un épais nuage blanc. C'était un froid glacial, oui, mais c'était d'un blanc immaculé dont la beauté était indescriptible aux yeux d'un duo qui appréciait davantage les orages et les ouragans que les paysages paisibles et bucolique de contes de fées.
" Admets qu'il n'y a pas mieux pour disparaître.
- Certes ma douce, mais tu aurais pu trouver mieux... enfin moins froid."

Pour toute réponse, il ne reçut qu'une boule de neige en plein visage, laissant échapper une exclamation de surprise. C'est froid ! Une fois la neige évacuée de son col trempé, et après avoir affiché une moue boudeuse, il retrouva son sourire en admettant qu'il ne l'avait pas volé. mais tout se paye tôt ou tard.
"Combien de temps allons-nous marcher dans ce froid ?
- Environ trois heures, jusqu'à a prochaine ethérite. Ensuite, on voyagera directement jusqu'à la Lavandière.
- L'Escouade risque d'être surprise de me voir arriver vêtu de la sorte.
- Plus que de te voir arriver accompagné ?
- Non, ça ils en ont l'habitude."

Un sourire plein de sous-entendu précéda l'esquive élégante d'une nouvelle boule de neige. L'illusionniste était bien plus agile qu'il n'y parait. C'était seulement pour la forme de toute façon. Une fois redressé, il fit face à la main que Raven lui tendait, et à ce sourire qu'il aimait tant.
"Allez, en route Précieuse.
- Tu as fini avec ça ?"

Il s'en saisit, et il disparurent dans la brume, et un nuage de flocons de neige... ou bien de papillons blanc ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 10:54


Musique:
 

Avis de Tempête




Oscar frissonna en refermant la toile épaisse qui servait de rideau à l'unique fenêtre de leur refuge. Les trois heures de marche vers Sombrelinceuil s'étaient transformé en trois jours de repli à l'intérieur de cet ancien poste de garde abandonné, transformé en nid douillet avec les années. Bien qu'ils soient à l'intérieur d'une maison de pierre aux murs épais, l'intérieur aurait fait penser à la tente d'une bohémienne et tant mieux. Il avait déjà dit à Raven ô combien il aimait ce genre de décor, bien plus que ces palaces et ces manoirs où ils se rendaient. D'après elle, c'était surtout pour conserver la chaleur, mais Oscar savait très bien à quel point elle pouvait aimer ces tentures domiennes et tout ce bric-à-brac d'objets dont il s'était amusé à deviner l'utilité, pour palier à l'ennui.

Tandis que, encore couchée dans la fourrure qui leur servait de lit, Raven s'éveillait doucement, il arpentait l'unique pièce, s'arrêtant devant chaque objet attirant son regard. Il s'arrêta devant une table basse reconvertie en plan de travail, sur lequel reposait une sorte de boîte, avec une clé mécanique, comme une boîte à musique. Curieuse, il en examina le décor.
"Je ne toucherai pas à ça si j'étais toi...
Le ton amusé lui arracha un sourire et il tourna la tête. Évidemment qu'il n'était pas idiot, mais cela avait au moins eu pour effet de lui faire enfin ouvrir les yeux pour répondre à sa question.
- Qu'est ce que c'est ?
Raven se redressa quelque peu, se couvrant de la fourrure pour conjurer le froid du réveil, et ramena ses jambes contre sa poitrine.
- Un piège mortel.
Elle lui fit signe de lui apporter la boite, ce qu'il fit, s'installant à ses côtés un bras autour de ses épaules. Sa curiosité piquée, il se plaisait à écouter ses histoires sur ces objets qu'elle bricolait pour en faire des armes. Tel un enfant attentif, il l'écouta :
- C'est une boîte à musique ordinaire, mais vieille. j'ai remarqué que le frottement des pièces générait assez de chaleur pour allumer une mèche...
Il haussa un sourcil, songeant d'abord à une "bombe à musique" ce qui le fit rire discrètement dans sa manche, mais il voulait entendre la suite.
- ...Mais c'est trop léger pour un combustible alchimique, j'y ai donc mit un combustible organique très sec et particulièrement toxique.
- Du poison ?

Elle tourna la boîte et dessina du doigt une petite rainure, discrète, annonçant la possible ouverture sur le mécanisme. Il la regardait faire avec intérêt, non sans oublier un léger baiser dans le cou, avant d'y poser le menton. Quand elle lui montra l'intérieur, il y vit une sorte de racine sèche, tellement sèche qu'elle aurait pu tomber en poussière.
- Tu te souviens de l'encens que j'utilisais pour que tu dorme jusqu'à ce que je sois partie ? Lui murmura t-elle, visiblement très amusée par ce souvenir. Oscar lui répondit d'un sourire plein d'arrogance.
- Je suis passé à côté d'un certain nombre d'opportunités à cause de ça, comment ne pas m'en souvenir ?
Raven referma le compartiment.
- Eh bien ce dispositif part du même principe, sauf que cette racine qu'on appelle "Le Pied du Diable" est loin de faire simplement dormir. Il est incolore et inodore, au mieux il sent un peu la cendre quand il brûle, et il brûle avec peu de chaleur si la racine est bien sèche.
- Quels en sont les effets ?
- Hum... au mieux, la folie, au pire la mort. Mais il y a des conditions d'utilisation particulière à..."


Oscar l'écoutait parler, prenant peu à peu conscience du savoir et des compétences de la femme qui partageait sa vie. Certes, elle ne prônait pas la violence et faisait peu usage de ses armes ; en l'écoutant il sentait que tous ces objets piégés étaient soumis à une règlementation drastique quant à leur utilisation, elle s'imposait de sérieuses limites même si elle se préparait à tout.
Il apprenait, plus que des oreilles qui traînent pour rassembler des informations, il apprenait vraiment les bases de l'utilisation de ses prochaines compétences. il sourit, sa vie avait peut-être pris un tournant surprenant, mais loin d'être ennuyeux.
Il finit par lever la tête, attiré par un bruit... ou plutôt l'absence de bruit.

"Je crois que la tempête a cessé."

Ils allaient enfin pouvoir poursuivre leur voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 10:56


Musique:
 

Apparition fortuite



Ils avaient décidé de faire une petite pause dans leur périple, une récréation dans le dur entraînement du nouvel assistant de la Grue Rouge, un passage fortuit à Brumée qui n'était pas passé inaperçu, puis à la Coupe mais là pour de plus sérieuses affaires. Seule déception : Didimiaou n'avait pas été aussi curieux qu'elle l'aurait pensé, dommage mais pas irréparable. Le livre écrit par Mélanie Ravenswood sur Banshee n'était pas essentiel, et le petit lalafell perdait encore une bonne occasion de satisfaire sa curiosité.

"Tiens, encore un café. murmura t-elle en posant la tasse près d'Oscar, toujours penché sur son ouvrage.
- J'en suis à combien ? Demanda t-il.
- De pages ou de café ?"
L'amusement se lisait dans ses yeux bien qu'elle évitait de trop le taquiner pendant qu'il étudiait. Il n'était pas le meilleur élève au monde en ce qui concernait le combat mais pour la théorie il était d'un studieux presque surprenant. Au fur et à mesure que la nuit avançait, il n'avait pas décroché un seul instant de son étude studieuse des démons et de la façon d'en reconnaître les méfaits. Raven sourit, il était visiblement décidé à la suite et à compenser ce sentiment d'échec lors de la fin de "Phantom Manor". Elle pris une nouvelle gorgée de café, le fixant tourner les pages.

"Tu as parlé de fiancée tout à l'heure. Finit-elle par lui faire remarquer, l'air de rien.
- Je t'ai promis un serment devant les Douze. J'étais sincère." il avait répondu cela sans lever les yeux, encore très concentré. Ce qui la fit rire d'ailleurs, lui si frivole et si audacieux, heureusement que personne ne le voyait ainsi en dehors de quelques rares privilégiés. Ils ne revinrent pas sur le sujet.

Les heures passaient, Oscar avait terminé la premier livre, pris des notes, et même complété de lui-même ses notes avec d'autres livres qu'il avait feuilleté. Ils étaient prêts à reprendre la route, l'avantage de venir à la bibliothèque de nuit c'était bien sûr l'absence de qui que ce soit pour les déranger ou se pencher sur leurs travaux. En remontant, ils virent le réceptionniste de nuit endormi sur sa chaise. Raven posa les deux tasses vide en "souvenir" de leur passage sur le comptoir doucement, pour ne pas déranger le pauvre bougre épuisé. Par la fenêtre ils voyaient le ciel se teindre de rose et de violet à l'horizon, signe que l'aube était proche. Oscar ouvrit la porte pour elle, avant de la refermer derrière eux dans le tintement de clochette. La Coupe était encore endormie. Il faisait encore frais, la nuit dans le désert est loin d'être aussi chaude que le jour. Raven lui pris la main :
"Nous partons ?
- Oui, j'ai ce qu'il me faut."

Ils quittèrent le petit jardin ensemble. Ensemble, ils l'étaient toujours maintenant ; enfin presque. Une roulotte les attendait à la sortie du secteur, une caravane marchande, voyante et pourtant discrète. ils montèrent à l'arrière, et retrouvèrent tout leur équipement d'hiver pour le voyage. Les ethérites sont utile pour revenir, mais pour partir elles sont bien trop traçables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 10:57


Musique:
 

Changement d'angle




Le jour est levé depuis longtemps, mais elle n'a pas encore eu le courage de se lever. Ces nausées ne sont pas si terrible, elle s'en accommode comme elle peut s’accommoder du reste. Ici, dans cette petite chambre, elle repasse dans sa tête depuis la veille tout ce qu'ils se sont dit, tout ce qu'ils partagent, tout ce qui change à telle vitesse qu'elle ne perçoit plus les choses de la même façon.
"Voilà bien longtemps que je n'avais pas eu de chez moi."
Il s'enthousiasme vraiment pour un rien, pense t-elle en souriant. Son regard dévie légèrement sur la droite. Il dort paisiblement, les cheveux sur le visage, ce petit papillon translucide posé sur ce bout d'épaule nue qui dépasse du drap. Raven sourit, et se détourne avant d'être tentée de le réveiller en déposant un baiser sur ce visage assoupi. Elle pose le pied sur le tapis et se lève doucement. Son yukata est posé sur la chaise, elle l'enfile, et dirige ses yeux rouge vers la fenêtre. Le soleil est déjà haut dans le ciel. Les beaux jours reviennent.

"Depuis quand les saisons t'intéressent ?"

Elle secoue la tête. Non, tout ne va pas bien. Elle ne manque de rien, elle est ce pour quoi elle est faite, elle a désormais un amant qui partage sa vie et il semble que depuis l'affaire Ravenswood, la psychose qui s'était emparé des habitants de la région sur son visage se soit évanouie. Pourtant, ces changements ont provoqué un déséquilibre dans son quotidien. Elle fait plus attention aux choses, aux personnes, en quelques semaines ils se sont sédentarisés. Elle a désormais un nom, qui se démarque de tous ceux qu'elle s'invente chaque jour, elle a une chambre fixe et envisage de prendre un appartement. Elle existe, pour la première fois, en dehors de son travail.
"Et cela ne te convient pas ? Contrairement à bien des individus, tu as été capable d'inventer ta vie puis de la rendre réelle. La plupart des gens ne font que subir leur existence, toi tu l'as créée." Voilà ce qu'avait dit monsieur Ravast. Il continue de s'occuper d'elle, de la financer, mais c'est bien parce qu'elle continue de lui apporter ce qu'il demande. Tant qu'Oscar ne le gêne pas, il ne doit pas être un fardeau.
Les choses changent, sa vie change, il faut qu'elle trouve un moyen de s'adapter. C'est un caméléon, elle peut et doit pouvoir tout être, tout devenir. Vivre avec Oscar, avoir une famille, ne pas décevoir, accomplir la volonté de Ravast IV.

Elle soupire doucement et quitte la chambre. Sur la table du petit salon de la suite, elle prend l'une de bouteilles de jus de fruit et s'en sert un verre. Elle prend place sur le tapis, devant la table.
Ce bureau d'enquête lui parait de plus en plus une bonne idée. Ainsi, même dans son état, elle va pouvoir continuer d’œuvrer pour sa mission. Oscar fait déjà un équipier de choix, et Monsieur Ravast sera content de ses résultats.
Elle entend, à travers la fine porte en papier coulissante, que son amant s'éveille avec quelques difficultés. Elle sourit et en profite pour servir un deuxième verre. Tout ira pour le mieux, il faut juste se donner un peu de temps pour assimiler, accepter, réfléchir et construire; tout cela dans cet ordre. Elle restera inflexible, infaillible, et indestructible. Quand la porte s'ouvre, elle a enfin pu sortir de ses pensées troubles.

"Bonjour, toi."

Encore beaucoup de travail les attend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 10:59


Musique:
 

Vers le Blanc




Quitter la douceur du littoral pour une demeure ishgardaise, c'est un destin qu'elle n'aurait pas envisagé. D'abord parce que Oscar déteste le froid, mais aussi parce qu'elle-même ne se voyait pas vivre dans ce genre de milieu. Pourtant, tel qu'il lui l'a annoncé hier, ce serait préférable. Ses cours, la bibliothèque, le clergé, autant de points stratégiques qui imposent qu'ils en fassions leur "chez nous". Tout s'accélère, les évènements s'enchaînent, et le travail s'accentue au fur et à mesure qu'elle va devenir de moins en moins capable.

Encore une nuit, encore un soir près des flammes, encore ce sourire, encore ce regard. Il devient romantique, et cela le fait rire. Il sourit un peu plus quand il s'aperçoit où leurs mains se touchent, posées sur le ventre de Raven.
"Un fils."
Raven sourit à son tour ; elle ferme les yeux. Rapide, bien trop. Effrayant, un peu. Assumé...? Oui. Après tout, entre eux, tout prenait toujours des proportions inattendues.

Sa linkperle tinte dans son oreille
"Tu me reçois ?
- Oui monsieur."

Oscar penche la tête, il se doute probablement de qui il s'agit même s'il ne l'entend pas parler. Il commence par froncer les sourcils, un réflexe, mais se détend petit à petit. Ce ne peut être rien de nocif pour elle, ou pour eux. Elle ne le déçoit jamais.
" Tout est en place, tu peux commencer les opérations.
- C'est vraiment terminé monsieur ?
- Je sors du Dojo de Cyrcée, je pense qu'on a fait le tour. L'Orphelinat, le Dauphin Cuirassé, Esperance, j'ai même poussé le vice jusqu'aux corsaires. Et un petit cabinet de détective indépendant, Barlow, mais pour lui j'ai d'autres projets bien plus concret que cette fumisterie."

il rit, elle ne l'avait pas entendu rire comme ça depuis longtemps. Il a l'air heureux, il n'a plus cet agacement d'avant son départ pour Ishgard. La Troisième Faction ne fait plus capoter ses plans ; parfait. Enfin presque, d'un point de vue "social" ça n'allait pas arranger ses affaires... mais depuis quand pensait-elle à ce genre de choses ?
"Vous êtes certain qu'il n'y a plus aucun risque ?
- Aucun. C'est si un seul d'entre eux avait accepté de vendre que ça aurait été ennuyeux, j'aurais dû trouver un prétexte pour décommander et je n'ai pas de temps à perdre avec ça. Qu'ils y aient cru ou non, maintenant le bruit court que je cherche à racheter tout ce qui m'entoure.
- ça ne va pas aider à la méfiance envers moi.
- C'est ce que tu voulais non ?"

Elle acquiesce en silence, tout en regardant Oscar, avant de percuter qu'il ne peut l'entendre hocher la tête et qu'elle doit répondre.
"Oui monsieur. 
- Parfait, alors lance la phase 2. Et n'oublie pas, on vise SEULEMENT la Troisième. Inutile de t'amuser à me défendre pour que les plus bornés se braquent sur leurs idées. On a ce qu'on voulait, maintenant laisse filtrer sinon ça risque de déborder. Tu m'entends bien, "Raven", juste assez, un peu c'est parfait, plus et tout est compromis.
- Bien compris. Je lance dès demain.
- Ne me déçois pas."


Elle coupe sa perle, et sourit. Enfin le vrai boulot commence. Oscar la regarde avec curiosité.

"Qu'est ce qu'il t'a demandé ?
Elle sourit.
- De laisser faire les choses, la graine est plantée et la plante pousse très vite arrosée par les langues trop pendues. Ils sont même allé bien plus vite depuis Espérance, du coup on doit lancer la suite plus tôt.
- La suite ?
- Rien qui n'aura d'impact sur ceux que tu connais, ne t'en fais pas. Tu connais Ravast, il avait juste besoin qu'on continue de le prendre pour ce qu'il... doit être encore un peu.
- Un illuminé égocentrique hautain et narcissique ? "

Oscar sourit. A force de vivre avec elle, il a appris que cet homme est bien différent de ce que tous pensent, et pourtant même lui se surprend bien souvent à se laisser avoir. Aussi, il se contenta de passer un bras autour des épaules de sa compagne et de fermer les yeux.

"Qui sait ?" répondit simplement Raven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 11:00

Musique:
 


Rétrospective



Assise sur le rebord de la fenêtre, elle regarde la pluie battante qui a contraint tous les habitants de Brumée à se réfugier à l'intérieur des maisons ou sous les différents abris de la rue. Il doit y avoir une tempête en mer. Ce fut une bonne raison pour rester à l'intérieur de leur suite au Dauphin Cuirassé, et travailler à leur projet. Son regard se posa sur Oscar, assoupi sur le divan, couvert par l'hermine blanche qu'elle lui avait offert. Des livres traînaient encore sur la table du salon, en désordre total avec le reste de leurs affaires. Il travaillait dur.

"J'en avais envie depuis longtemps ceci dit", c'est ce qu'il avait dit à Loer. Ce n'était donc pas uniquement la symbiose qui l'avait attiré vers elle, ce qu'elle avait cru. A ses yeux, tout était partit de là. Petit à petit ses pensées remontèrent le temps jusqu'à leur rencontre, leurs premiers échanges.
Bien sûr que les premiers échanges auquel elle a pensé furent les contact physique, ses multiples tentatives d'approche. Un jeu de dupe particulièrement chronophage et distrayant. Un rire discret lui échappa, songeant à la première fois où elle avait joué en public le rôle de sa dernière conquête, sans l'être encore. Elle songea à ce bras passé autour de sa taille pour donner le change mais qui la serrait si fort qu'elle en avait ri à son tour sitôt qu'ils s'étaient retrouvés seuls.
Rien ne s'est estompé avec le temps. Pourtant elle l'aurait cru au début, quand elle lui a presque cédé la première fois. Elle ferme les yeux et sourit.

Quand elle les rouvre, elle sent la fourrure blanche autour de ses épaules, Oscar l'a rejoint sur la banquette, visiblement très amusé.
"Tu vas prendre froid."
Il s'installe dans son dos, elle lui fait une place pour mieux s'appuyer contre lui. Dehors il continue de pleuvoir, mais il regarde cette pluie tomber sans perdre sa bonne humeur. Lui aussi parait plongé dans leurs souvenirs, ceux d'une nuit d'orage où il a définitivement renoncé à ses multiples roses.

"Raven, j'ai besoin de toi."

Il pleut depuis des heures, ça n'a pas d'importance pour eux, ils aiment la pluie, l'orage et la tempête. Raven ferme les yeux, au chaud, sereine.

" Il y a du nouveau, concernant le bureau d'enquête.
- Hm ?
- Ravast m'a appelé hier, je vais probablement rencontrer une amie à lui, Desmee. Un projet similaire, discussion possible...
- Desmee Hachi ?
- Oui. Tu vas probablement trouver ça étrange mais il y a certaines personnes en Eorzéa qui ont réussi à passer outre son image et qui peuvent prétendre le connaître un peu.
- Perturbant, en effet...

Il sourit en coin, visiblement rieur. Il resserre doucement son étreinte.
- Donc, une rencontre.
- Oui, c'est pour bientôt.
- Voilà qui est intéressant, notre duo pourrait donc se changer en équipe ? Quoique rien n'est encore joué si j'ai bien compris.
- C'est ça, oui. Mais depuis qu'on s'est rencontré, il semblerait que tout prenne des proportions inattendues, un véritable effet "boule de neige".
- Encore de la neige...

Il affiche une légère moue qui la fait rire. Lui et le froid.

Pourtant, une chose n'a pas changé et elle en est bien consciente. Ils sont tous les deux liés, mais si ce n'est Loer et peut-être Kiht'a, aucune personne dans l'entourage de chacun, ne fait confiance à l'amant de l'autre. Ravast ne le laissera rien voir et rien savoir, elle non plus ne dira rien par loyauté. Les "amis" d'Oscar -qu'il qualifie plus de contact ou d'employeurs provisoires- n'ont pas plus confiance en elle. La situation est cocasse, qu'eux se fassent confiance mutuellement alors que le reste du monde se méfie d'eux. Amusant, dérangeant peut-être.
Oscar sourit, se laisse retomber dos contre le mur en s'étirant. Qu'il est bon d'être un salaud égoïste ; qu'il est plaisant d'être une bécasse arrogante. Que cela ne change jamais.

"Pourquoi s'en faire ? Le monde est déjà nôtre il suffit de le saisir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerith
Admin
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/01/2018

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   Lun 5 Mar - 11:02


Musique:
 


Le pêché d'orgueil




L'éclat du wakizashi avait fendu l'air et l'imp était tombé au sol avant d'éxploser en ether corrompu. Sans attendre, Raven sortit de son sac un paquet de sel et une fiole d'eau bénite. C'est en enjambant les cadavres de ses ennemis encore entier qu'elle dessina le pentacle avant de sortir un bouquet de sauge qu'elle alluma avec un cristal de feu pour le jeter au milieu, encore fumant. L'odeur de la sauge n'est pas terrible, mais c'est efficace pour les mauvais esprits. Du moins, c'est ce qu'elle a appris à Doma. Encore une fois, les mages noir avaient refermé une faille mais se fichaient pas mal des démons restés de ce côté-ci et qui s'en prenaient maintenant aux villages voisins. Trois morts, le temps qu'elle arrive, dont un enfant. Elle soupire, au moins tout n'est pas perdu. Kiht'a devrait aimer ce petit morceau d'aile d'imp qui reste du tas de poussière noire qu'elle ne touchera certainement pas à mains nues.
Elle rengaine son daisho après avoir proprement essuyé chaque lame. La fumée dégagée par la sauge l'entoure peu à peu mais ce n'est pas toxique, c'est même plutôt bon pour se protéger des retombées si on croit à ces choses-là.
"C'est terminé pour ce soir."

Une des bonnes choses, au Dauphin Cuirassé, c'est qu'on peut rentrer à quatre heures du matin sans que personne ne pose de question. De toute façon tout le monde dort à part le veilleur de nuit et il s'est habitué à ses allées et venues en armure domienne rouge ; il ne fait même plus attention.
Quand la porte s'ouvre, il y a encore des braises dans la cheminée et un livre sur le canapé. Elle sourit en refermant la porte, songeant qu'il a encore dû veiller tard en espérant la voir rentrer. Trois nuits qu'elle ne rentre qu'au petit matin, tout ça pour prouver à Ravast qu'elle est toujours au meilleur de ses capacités. Elle digère mal ses paroles.
"Ennuyeux, contraignant, c'est ridicule." Maugrée t-elle en se laissant tomber près du feu dans le bruit métallique de son plastron en mailles. Une main sur son ventre, elle est malgré tout prise de vertige. Comme pour la contrarier davantage, voilà que les nausées reviennent. Elle grogne, c'est insupportable.
"Hey...ça va aller ?
Elle n'a même pas entendu la porte coulisser derrière elle. Il a encore les yeux endormis et pourtant il est inquiet. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, il a défait le laçage de l'armure pour l'en défaire et la mettre à l'aise. Elle soupire, encore très aléatoire ; la nuit a été longue.
- Il va falloir que tu freine un peu.
- Tant que je peux encore refermer ma ceinture, je continue.

Il secoue la tête, c'est qu'elle est vraiment têtue. Mais il voit bien que là, elle a du mal ne serait-ce que pour tenir assise, le manque de sommeil et la contrariété jouent sans doute.
- Essayes au moins de dormir.
- Les démons n'attendent pas le soleil pour sortir tu sais...

Bornée. Il sourit en coin et la soulève pour la ramener dans leur chambre. Elle ne bronche même pas, elle laisse même échapper un rire à la pensée qu'il s'agit bien d'Oscar, là, maintenant, qui se comporte presque comme un compagnon modèle et respectable. Pourtant, il a vraiment l'air inquiet. Sitôt allongée, elle sent qu'il a sa main sur son ventre.
-Il va bien, Oscar. Il m'a donné envie de menthe toute la nuit, je t'assure il va très bien.
- Tu as besoin de menthe ?

Il se serait presque levé, prêt à partir en cueillir, si elle ne l'avait pas retenu.
- Ça va aller, ça peut attendre demain et il y a du thé à la menthe dans le tiroir du buffet.
Il se rassoit, voyant ce sourire en coin éclairer le visage de sa compagne.
- Quand tu auras dormi, il faudra qu'on parle de l'institut.
Elle hoche la tête, déjà couverte par la fourrure. Même ici ils ne peuvent plus dormir sans, se servant de l'une comme sur-matelas et de l'autre comme couverture. Impossible de définir l'expression du visage de ce vilain papillon à ce moment là, lorsqu'il l'a rejoint et ramené sa tête contre lui. Il peut enfin fermer les yeux sereinement.
- Ton orgueil te perdra, mon amour.
- Tu as promis de me sauver, de toute façon."

Il rit tout bas, elle aura décidément le dernier mot ce soir. Elle sera plus conciliante au réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Rouge et le Blanc
Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» La menace Rouge...
» la vipère rouge
» [RP]Derrière la taverne, une lanterne rouge
» Tout rouge fixe et sifflement
» Problème Nabaztag:tag rouge + bruit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AURA :: [RP] LE MANOIR DES AURA :: Membres de l'Organisation :: Carnets de voyage personnels-
Sauter vers: