FFXIV Compagnie Libre Roleplay - serveur Ragnarok
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Margotoise] Les fils de la destinée

Aller en bas 
AuteurMessage
Margotoise
Admin
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 12/01/2018
Localisation : Lavandière

MessageSujet: [Margotoise] Les fils de la destinée   Lun 29 Jan - 18:56


MAUVAIS PRÉSAGE
N'ayez jamais peur ! La peur n'empêche pas la mort, elle empêche la vie. Tant que vous craindrez la mort, vous ne serez pas vivants !

Huguemont Beltardois avait de quoi être fier. Héritier de sa lignée, il faisait honneur à son nom en étant l’un des astromanciens les plus réputés de Sharlayan. L’étude, le travail, mais aussi le talent, avaient contribué à sa réussite. Son épouse, Berenielle, était une créature merveilleuse : intelligente, spirituelle, délicate, elle étudiait les arts depuis toujours et œuvrait sans relâche pour la pérennité de la maison Beltardois. Elle lui avait donné un fils dont il pressentait déjà l’immense potentiel, comme la pureté incroyable de son éther. Tristan était un enfant prometteur, certes rêveur sous la lune, mais il montrait déjà un intérêt manifeste pour l’astromancie. Huguemont lui prévoyait déjà un avenir radieux, et savait que le destin de leur lignée était assuré.
Berenielle attendait un second enfant, dont la naissance était imminente. Alors qu’elle se démenait dans les affres de l’accouchement, Huguemont, dont la présence n’était pas autorisée par les sages-femmes, tuait le temps en réalisant le thème astral de l’enfant à naître. Ce qu’il voyait avait de quoi le satisfaire : du talent, du potentiel, la lumière du soleil et la joie. Les cartes qui se succédaient lui promettaient une réussite aussi grande que celle de son aîné et Huguemont, fidèle à tous les Beltardois, sentait son cœur se gonfler de fierté.
Mais ses espoirs sombrèrent dans les abysses lorsque sa main retourna la carte suivante. Le danger. Sidéré, il contempla son tirage : tout semblait si bien s’annoncer. Inquiet, Huguemont posa une autre carte par-dessus celle qu’il venait de retourner, et son estomac se contracta : le puissance. L’enfant serait-il dangereux ? Il retourna la lame suivante, le cœur battant ; il lui sembla alors qu’une pierre venait de tomber au fond de ses entrailles. Le cauchemar. Il s’interrompit, essuya ses paumes moites sur son pantalon. Cela ne se pouvait. Il refit le cours du tirage, observant les lames une à une : le don, qui parlait pour lui-même, le soleil, qui promettait du bonheur et de la joie… et, soudain, abrupts et terrifiants, le danger pour obstacle, adjoint à la puissance, et le cauchemar, la terreur en développement.
La résultante ne pouvait pas être aussi terrible que cela. Elle ne pouvait pas l’être. Les doigts d’Huguemont tremblaient alors qu’il les tendait vers la dernière carte. Tout cela n’était que des épreuves. Son enfant triompherait. Comme tous les Beltardois, son intellect et son talent lui permettraient de vaincre les obstacles et de rayonner comme le lui promettait la lame du soleil. Il le fallait.
La destruction.
À peine eut-il retourné cette lame qu’Huguemont vit le monde autour de lui disparaître, englouti par des ténèbres si noires qu’il se crut aveugle. Il lui semblait entendre un bruit, un bourdonnement lointain. Tournant le regard dans cette direction, il aperçut une lueur au loin. Presque aussitôt, il fut précipité vers elle ; de bourdonnement, le bruit se changea en cri, en hurlement. La lueur devint lumière, puis éclat insoutenable. Huguemont ouvrit grand les yeux, pourtant. Au cœur de la lumière, ses rétines brûlées discernèrent une silhouette indistincte ; il réalisa avec horreur que c’était d’elle qu’émanait ce hurlement inhumain. Il perçut sa puissance, terrible, implacable, incontrôlée, et la terreur naquit dans son propre cœur.
Quand tout s’effaça, quand ses yeux retrouvèrent la quiétude du salon, Huguemont retomba au fond de son fauteuil, sidéré. La stupéfaction le laissa inerte un moment. Sur la table, son terrible tirage reposait toujours, annonciateur d’un funeste destin. L’astromancien passa une main lasse sur son visage. L’effroi étreignait toujours son cœur quand le premier cri de sa fille retentit dans la maison.

_________________
Close your eyes...
You’re an angel dressed in armor, you’re the fair in every fight, you’re my life and my safe harbor where the sun sets every night... ▬ And if my love is blind, I don’t want to see the light.
aka Rehl'ir Parwah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Margotoise] Les fils de la destinée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [BLOG] BIONICLE DESTINÉE, le retour
» [Web] Bionicle Destinée
» [Fantasy]Fils-des-Brumes
» Domaine de la Bongran Thevenet et Fils - Viré Clessé - 2005
» Mes Fils de Mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AURA :: [RP] LE MANOIR DES AURA :: Membres de l'Organisation :: Carnets de voyage personnels-
Sauter vers: